Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Archives Par Mois :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 17:05

tumblr miey9usRdS1qj66a4o1 400 large

 

Parfois, lorsqu'une journée est un peu difficile.

Il faut s'aérer l'esprit.

Ne pas se laisser envahir.

Lutter pour résister.

Se dire que demain sera meilleur. Forcément.

Y croire et ne pas accorder trop d'importance à des choses qui n'en valent pas la peine.

Laisser le passé là où il est. Derrière.

Oublier pour mieux avancer.

Penser à demain. À toutes les nouvelles choses qui nous attendent.

Tourner la page de ce nouveau livre de la vie à écrire.

Se laisser porter sur la vague.

S'attendre au meilleur. Car le pire est déjà passé.

Fermer son coeur aux mauvaises personnes.

Se protéger d'elles.

Sourire à demain. Sourire à la vie. Quoi qu'il arrive.

 

Parce qu'il le faut. Point.

 

Partager cet article

Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 13:55

tumblr_m60ujm01g31qj66a4o1_400_large.jpg

Dans la vie, c'est important de ne pas rester sur ses acquis. Il est essentiel aussi selon moi de se surpasser. Même en dépassant ses peurs. Ses doutes. Et pour cela, il faut savoir se faire confiance. Se dire que tout est possible à partir du moment où l'envie et la détermination sont là.

C'est donc pour cette raison que samedi, je me suis lancée un défi. Un défi qui, pour le commun des mortels, va paraître somme toute assez... facile. Mais qui, pour moi, suppose un réel enjeu. Je vous explique.


Cela faisait une éternité (et le mot est faible) que je n'avais pas fait les magasins. J'ai donc proposé à une amie qu'on fasse du shopping ensemble. D'habitude, il aurait été plus simple que cette amie passe me prendre chez moi et qu'on parte ensemble avec ma voiture aménagée. Seulement, pour cette fois ci, il était plus simple qu'on se rejoigne sur place, au centre commercial.

Alors voici le défi de taille que je me suis lancée: rejoindre seule mon amie en métro, à 10 km de chez moi. Vous allez me dire: mais en quoi est-ce un tel défi de faire cela ? Un acte, à priori, plutôt courant. Tout simplement parce que pour se faire, il faut que je prenne seule le métro en fauteuil roulant. Que je me rende jusque la gare, seule. Que je prenne un nombre incalculable d'ascenseurs. Avec tous les efforts physiques que cela représente pour moi.

Je vous avoue qu'avant de partir de chez moi, je ne savais pas trop comment cela allait se passer. Ni même si cela allait réellement être possible. Je savais juste que j'étais folle d'impatience d'y arriver. Pour moi. Tout simplement.

Je n'irai pas par quatre chemins: ce défi a été un véritable succès. J'y suis arrivée. Sans encombre. Je suis même arrivée plus de trente minutes en avance, tellement je redoutais toutes les étapes à passer avant d'arriver à bon port.

Il n'y a pas de petites victoires dans la vie. Et encore moins, face à la maladie. Samedi, je me suis sentie fière de moi. Fière de ne pas avoir baissé les bras face à ce défi. D'avoir su dépasser mes peurs. De me dire qu'il fallait que j'y arrive, quoi qu'il arrive. Samedi, je me suis sentie vivante. Et comme tout le monde. Et ça, ça n'a pas de prix, croyez moi.

Partager cet article

Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 16:45

eclat-rire-par-jour-iphone-0-600-400REC.jpg

 

Parce que je compte les heures (et bientôt les minutes) jusqu'au weekend.

Parce que je veux profiter de ces deux jours pour me reposer.

Parce que cela ne peut se faire sans musique.

Parce que je crois que je vais profiter pour voir les gens que j'aime.

Parce que je me sens bien, là, tout de suite, maintenant.

Parce que la vie ne peut être que tristesse et contrariété.

Parce que c'est comme ça, j'en ai envie.

Parce que j'aimerais partager avec vous ma bonne humeur.

Parce que la semaine prochaine, se profile un projet personnel important.

Parce que je suis amoureuse.

Parce que je suis contente que mon dernier article fasse réagir les gens.

Parce que j'ai envie de lecture.

Parce que je prends plaisir à écrire en ce moment et que ça me fait vraiment du bien.

Parce que je crois que sans les amis et la famille, la vie serait vraiment vide.

Parce que j'ai envie de vous embêter avec des parce que.

Parce que parfois, on aime parler pour ne rien dire.

Parce que je crois qu'il est temps que je termine cette liste.

♥ ♥ 

Je vous souhaite à toutes et à tous un merveilleux weekend fait de joies simples,
de petits plaisirs, de sourires et surtout de rires.

 


 

Partager cet article

Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 14:15

 

Hier soir, j'avais besoin de me vider la tête, j'ai choisi de revoir le film Philadelphia. Vous savez, ce film magnifique avec Tom Hanks où il est question de son combat face au SIDA. Et que je le veuille ou non, je pleure toujours à la fin. Mais du genre, à chaudes larmes, gorge serrée, et tout, et tout. Il n'y a pas à dire, ce film est bouleversant. Mais il m'a aussi fait réfléchir. Après ces deux heures d'émotion, je ne sais pas vous expliquer pourquoi mais il m'a fait prendre du recul. Relativiser.

Ces dernières semaines n'ont pas toujours été amusantes. Je dirai même que j'ai eu (et j'ai encore) mon lot de contrariétés. Mais hier soir, je me suis dit que malgré les difficultés, j'ai quand même de jolies choses qui m'entourent. Et qui méritent que je ne baisse pas les bras. Je trouve qu'il y a des moments dans la vie où il est important de savoir se contenter de ce que l'on a. Là, tout de suite. Sans attendre que telle ou telle chose aille mieux ou se passe pour retrouver le sourire. 

Alors depuis hier soir, je me dis que ce qui se passe dans ma vie pourrait être mieux. Mais je crois surtout que cela pourrait être pire. Oui, je dois à nouveau affronter une belle galère. Qui va sans doute prendre un peu de temps avant de pouvoir s'estomper. Mais je ne suis pas seule pour mener ce combat. Je sais que mes proches me soutiennent chacun comme ils peuvent. À leur façon. De près ou de loin. Et cette simple pensée me réchauffe le coeur. Alors bien sûr, ça ne règle pas tout mais, en tout cas, cela me donne du courage pour être forte. Courageuse. Et digne de leur soutien. L'espace de quelques instants, je décide de prendre les choses du bon côté. Cela me fait du bien.

J'aime ces moments où tout parait possible. Malgré tout. Malgré les obstacles. Malgré ces gens qui me remettent en pleine figure ma situation. Je sais que je vais y arriver. Que je vais m'en sortir. Parce que c'est comme ça. Il ne peut pas en être autrement.

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 17:25

im_contradiction_202.jpg

Depuis quelques temps, mes semaines se sont pas mal modifiées. En effet, j'ai mis en place deux jours de travail par semaine à la maison. Cela a mis pas mal de temps avant d'être effectif. Je vous en parlais ici à l'époque. J'avais vraiment hâte que ce grand changement se mette en place car assurer ma semaine entière au bureau devenait vraiment épuisant pour moi. À vrai dire, avant de le vivre, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. Je savais simplement avec certitude que cela allait changer ma vie. Et que cela aurait que des avantages.  Mais ça, comme on dit, c'était avant.

Aujourd'hui, mon point de vue a un peu changé. Parce que maintenant que les habitudes se sont mises en place, je dois reconnaitre que travailler chez soi n'est pas si facile que cela. Travailler à son rythme, et pas forcément en étant strictement dans la même tranche horaire qu'au bureau, c'est vraiment sympa. Mais. Mais cela demande d'avoir une certaine rigueur malgré tout. Et de parfois se mettre des coups de pieds aux fesses (si vous me pardonnez l'expression !) car il est bien plus tentant d'allumer la tv, de lire, de rêvasser... ou que sais-je encore. La contrainte que j'ai tenu à maintenir, malgré tout, c'est de commencer ma journée de travail à 09h00, comme au bureau. Cependant, je ne peux pas nier qu'il est plus difficile d'être tout de suite opérationnelle, en étant à la maison. Alors bien sûr, je m'arrange pour toujours faire mes heures, quoi qu'il arrive. Même si cela sous entend que je termine plus tard le soir...

Mais surtout, l'inconvénient du travail à la maison que je n'avais pas du tout envisagé, est qu'aujourd'hui je n'arrive plus à faire la part des choses entre le temps de travail et le temps personnel. Je vous explique : mon espace de travail se résume à ma table de salle à manger avec mon ordinateur portable, mon clavier supplémentaire, ma souris et mon dossier de travail. Pour la faire courte :, je travaille / mange / bois mon thé / me détend au même endroit: c'est à dire devant cet ordinateur. Et depuis quelques jours, cela est devenu insupportable pour moi. J'étouffe. Je suis sur tout et rien à la fois. Une fenêtre ouverte pour le boulot. Une autre pour le perso. Et je jongle de l'une à l'autre, en profitant de ni l'une, ni l'autre. Comme un temps consommé pour rien. Disparu, on ne sait où. C'est insupportable.

Du coup, mes journées me paraissent longues et je ne trouve plus de coupure entre le temps de travail et le temps personnel. Limite, l'acte symbolique de passer la porte de l'appart après ma journée ou la route à pied pour rentrer du bureau permet bien mieux de gérer cette coupure entre les deux. Et je pense qu'il est essentiel de le faire. Sinon, la conséquence est celle que je vis actuellement : un mélange total entre vie pro et perso. Sans frontière. Ces deux univers ont fusionné. Et je déteste cela. Je me sens polluée. Envahie. Beurk. 

À tel point, qu'une fois ma journée terminée (quand j'ai fais mes heures), je boude mon ordinateur car il me rappelle trop le boulot. C'est le serpent qui se mort la queue, vous me direz. Parce que je me plains de ne plus avoir le temps de vraiment réfléchir à un article (le rédiger, n'en parlons même pas, donc.). Mais une fois que je pourrai enfin le faire, je n'en ai plus l'envie ou du moins plus le courage. Fuck. Écrire me manque. Avoir le temps d'être inspirée me manque. Trouver du plaisir dans chacune de ces activités me manque.

J'ai l'impression de devoir réapprendre à avoir de bonnes méthodes de travail. Pourtant, cela ne fait pas cinq minutes que je suis dans la vie active. Je ne peux cependant pas nier que je dois revoir ma façon de faire.

♥ ♥ 

Pour celles et ceux qui, comme moi, travaillent à temps plein ou partiel à la maison,
auriez-vous des conseils à me donner ?

Comment faites-vous pour faire la part des choses ?

Est-ce seulement possible ?

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 15:25

4-techniques-surmonter-peur-L-JvtKvf.jpeg

Ce début de nouvelle année est l'occasion pour moi de me projeter un peu dans l'avenir. Dans les prochaines semaines, les prochains mois. Savoir ce que je souhaiterais faire. Quels pourraient être mes projets. Mes envies. Alors bien évidemment, il y a tout un tas de choses. Mais il y en a surtout une qui prend la priorité sur le reste. Me lever chaque matin pour faire quelque chose qui me plait. Voilà un projet auquel je pense depuis un long moment maintenant: changer de boulot. Mais bizarrement, je ne suis pas encore passée à l'acte. 

Pourtant ce ne sont pas les idées qui manquent. Il est clair qu'il est essentiel dans la vie d'exercer un métier dans lequel on se sente bien. Une activité qui nous fasse plaisir, dans laquelle on se retrouve. Aujourd'hui, c'est ce qui me manque le plus. M'amuser. Avoir envie de me surpasser. De tout donner. Ce dont je suis certaine, c'est que j'ai besoin de créer. Car ma tête déborde d'idées. J'ai besoin de faire un métier dans lequel l'aspect créatif est le plus important. Créer. Dessiner. Écrire. M'exprimer.

La raison pour laquelle je n'ai toujours pas pris mon destin à bras le corps, c'est la peur. Cette peur qui me paralyse parfois. Qui m'empêche d'avancer. Je déteste ça. Parce que cette peur me freine. Et surtout, elle me fait perdre mon temps. À quoi bon continuer ce poste d'architecte qui ne me plait plus ? Qui ne me donne plus de raison de me lever le matin. Malgré ces raisons évidentes de sauter le pas, je ne peux m'empêcher de voir le danger que comporte le fait de mettre fin à mon CDI. Car, vue la période actuelle, cela peut être considéré comme un risque. Démesuré. Prendre le risque de quitter un poste pour un autre, sans aucune garantie que cela fonctionne. Et surtout que ce nouveau poste puisse durer dans le temps. Car chaque nouveau poste et donc chaque nouveau contrat comporte une période d'essai ou commence par une durée déterminée. Mais que se passerait-il si je ne faisais pas l'affaire ou si je ne faisais pas rentrer suffisamment d'argent pour subvenir à mes besoins ? Comment savoir correctement associer l'utile et l'agréable sans se mettre en danger ?

Je me demande souvent si cet aspect sécurisant et sans risque de mon poste actuel en CDI est une raison valable pour ne pas dépasser cette peur. Et avoir l'opportunité de faire enfin quelque chose qui me passionne. L'opportunité de pouvoir combiner ma santé avec un métier qui me plait beaucoup et me permet de gagner ma vie correctement. Ce changement serait l'occasion de réorganiser tout ça en favorisant le travail au domicile. En autonomie. Ou bien tout simplement, de choisir un métier où les horaires pourraient être moins lourds. Où la fatigue serait moins importante. 

Cependant, je ne voudraisx surtout pas que cette décision déterminante se fasse uniquement sur le critère de ma santé. Je voudrais aussi que la passion et l'envie soient prises en compte. Incontestablement. Car comment imaginer avancer dans la vie avec un métier qui soit juste confortable ? L'ennui se manifesterait forcément assez vite. Et surtout, cela serait bien triste. La vie mérite mieux que ça. À quoi bon traverser ce long chemin qu'est la vie, si ce n'est pour y trouver de temps à autre du plaisir ?

Alors si je ne devais prendre qu'une seule résolution pour cette nouvelle année, ça serait de prendre mon courage à deux mains et de dépasser cette foutue peur. De choisir. D'oser. Quitte à me prendre des claques. Quitte à me tromper de chemin. Mais au moins avoir le mérite d'essayer. Me renseigner, bien préparer le terrain. Prendre le temps qu'il me faut pour me décider. Savoir quels moyens utiliser pour y arriver. Me dire que tout est possible. Respirer un grand coup. Et puis, faire le grand saut...
 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 21:20

tumblr llguha6p3n1qcxieko1 500 large large

Parfois, il faut savoir s'aérer l'esprit.

Laisser les soucis à la maison.

Avoir envie de se laisser envahir  par la magie de Noel.

Se laisser aspirer par la foule dans les rues.

Lever les yeux sur toutes les décorations qui font

que la ville se transforme le temps de quelques semaines.

Attendre avec impatience que le jour tombe pour voir toutes les ampoules s'illuminer

et donner un nouveau visage aux rues. Un visage ravi et comblé.

Se dire que ce Noel tentera d'être joyeux

malgré les mauvaises nouvelles annoncées ces derniers temps.

Vouloir faire plaisir à ses proches en trouvant le cadeau idéal.

Celui qui fera briller leurs yeux en arrachant les emballages en papier.

Se réjouir à l'avance du pied du sapin qui sera envahi par tous ces paquets

avec de jolies étiquettes faites maison portant les prénoms de chacun.

Acheter une coquille au sucre toute fraiche pour la manger plus tard une fois rentrés.

Parce que certaines choses sont incontournables à l'approche des fêtes.

Le temps de cette journée, s'être sentie joyeuse. Vivante.

Être heureuse d'avoir su, pour la première fois depuis longtemps,

se réjouir que ce soit bientôt Noel.

Cette fête que l'on préfère dans l'année.

Car le temps de quelques semaines ou quelques jours,

la magie peut prendre place dans nos vies...

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 10:30
7

Il est de ces instants dans la vie où il est plus facile que d'autres de communiquer. On ne peut pas toujours avoir des choses à dire, me direz vous. Et pourquoi pas ? 

Comment comprendre l'autre s'il ne nous dit pas ce qu'il pense ou ressent ? Je trouve certains moments frustrants parce qu'on aurait besoin de parler, de s'exprimer sur des sujets qui nous tiennent à coeur ou qui nous prennent la tête. Et puis, rien. La discussion passe à la trappe. Comme si cette envie n'avait jamais existé. Probablement qu'il est difficile de toujours être sur la même longueur d'onde que l'autre. Peut-être devrais-je accepter cette idée. Mais elle ne me plait pas trop à vrai dire.

Il est important d'échanger avec les autres. La communication est une des composantes essentielles dans la vie, selon moi. Alors pourquoi est-ce si difficile de le faire parfois ?

Les réflexions, les questionnement sont partie intégrante de moi. Mes émotions me guident aussi énormément et amènent bien souvent de grandes remises en question. En cherchant à composer au mieux avec les événements qui m'entourent. Ma tête pense en permanence. Et mon coeur cherche à s'exprimer comme il peut. Alors, bien évidemment, je suis tout à fait consciente que je peux difficilement attendre des autres - de tout le monde en fait - que ce soit la même chose. Il y a des moments où j'aime - et j'ai besoin - que ces réflexions me soient personnelles, confidentielles. Mais à l'inverse, parfois, cela m'aide de les partager avec l'autre. Soit pour me rassurer, soit pour me guider sur un meilleur chemin.

J'ai tendance à vouloir que l'autre ait le même mode de fonctionnement que moi. Mais je constate que ce n'est pas forcément possible. Et c'est un peu difficile pour moi. Parce que je ne peux malheureusement pas deviner ce que l'autre a dans la tête. Et certaines situations me donnent l'impression que cela devrait pourtant être le cas. Je ne sais pas faire. Du coup bien souvent, ces situations ne donnent rien de bon car elles engendrent une énorme incompréhension. Voire même des malentendus ou la colère. Parce qu'il aurait été plus simple de se dire les choses plutôt que de laisser les choses se compliquer d'elles-mêmes. Sans intérêt.

J''aimerais que les choses soient plus évidentes parfois. Dans le sens, plus faciles. Que communiquer soit un réflexe, une habitude. Constante. Mais je pense que je dois me faire une raison, ce n'est pas possible. Ainsi va la vie...

Ce billet est un peu brouillon, je m'en excuse.
En fait, là, il est probablement temps d'arrêter de me poser des questions.
Je vous laisse sur ce titre qui me parait tout à fait adapté à ma réflexion du moment...


♥ ♥ 

Et pour vous, est-ce facile de toujours bien communiquer ?

Ou tout simplement de savoir le faire ?

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 20:40

 

tumblr lkppqjqCJy1qjg5jfo1 400

 

- On aimerait que la vie ne soit pas aussi injuste.

- On se dit que l'hiver va définitivement être long.

- On se dit qu'en fait, on aurait pas du se lever le matin.

- On est triste et rien ne peut changer ça.

- On se sent seule, là, tout de suite, maintenant.

- On a du mal à être optimiste.

- On espère que la journée du vendredi passera vite pour que le weekend arrive.

- On déteste l'idée de ne pas avoir été productif pour le boulot.

- On voudrait que les choses s'arrangent en sachant pertinemment que ce n'est pas possible.

- On déteste ne pas pouvoir maitriser l'avenir.

- On se demande pourquoi les problèmes arrivent toujours aux mêmes.

- On aimerait que l'approche de Noel se fasse dans la joie, sans culpabiliser.

- On trouve que certains projets n'avancent pas assez vite.

- On donnerait n'importe quoi pour ne pas voir ses proches en difficulté.

- On se dit qu'on aimerait bien que la roue tourne et si possible plus souvent.

- On se demande bien pourquoi la vie est si compliquée.

- On n'a pas grand chose à dire alors qu'on pense à plein de choses en même temps.

- On n'arrive même pas à se réjouir du fait de faire sa liste de cadeaux de Noel.

- On voudrait qu'il ne fasse pas noir aussi tôt le soir.

- On a envie d'écrire pour se soulager mais que rien ne sort.

- On voudrait des vacances, d'urgence.

- On ne sait pas quoi faire pour se changer les idées.

- On ne trouve même pas de réconfort dans l'idée d'aller se coucher tôt.

- On devrait arrêter d'écrire des phrases à la con.

- On se demande pourquoi on commence toutes ces phrases par 'on'...

- Bref, on va dire que ça suffit.

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 11:30

file0001803541457

Salut les loulous !

Bizarrement, je suis en super forme en ce lundi matin, ou en tout cas, de bonne humeur ! Le weekend a été bon, j'ai plein de choses à vous raconter. Il faut que je vous prépare quelques billets ! Bon, comme prévu, ces deux jours sont passés bien trop vite mais j'ai bien rentabilisé le temps quand même...

* Je dois vous raconter ma journée à Paris pour le salon des loisirs créatifs et vous raconter aussi comment j'ai failli ne pas pouvoir rentrer chez moi à cause d'un problème de bus et de manifestations... *

* Je vous raconterai aussi toutes les choses que j'ai ramené du salon et surtout toutes les nombreuses idées que je dois réaliser de mes petites mains maintenant ! *

J'espère que pour vous le weekend a été bon, doux et agréable ! Je vous souhaite un bon lundi et vous laisse sur ce titre qui me fait sourire. J'aime beaucoup cette chanson, elle est plutôt entrainante. Mais je trouve le clip tellement en décalage. C'est moi où on se croirait revenus dans les années disco ? ^^

Partager cet article

Repost0