Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 08:47

 douleur-chronique-copie-2.jpeg

 

Globalement, elle et moi cohabitons bien dans l'ensemble. Nous sommes toutes les deux plutôt indépendantes. Chacune a son emploi du temps et généralement, personne ne pollue l'autre. Sauf que parfois, la maladie la rappelle à elle, cette douleur. C'est là que les choses se compliquent entre nous et de manière considérable. Quand les heures de la nuit défilent sans que je ne puisse trouver le sommeil, à cause d'elle, cela me contrarie beaucoup.


Alors, je mets beaucoup d'espoir dans une amélioration potentielle. Je me dis qu'en faisant preuve de patience, la douleur fera ses valises et s'en ira vers d'autres contrées. Je fais à chaque fois preuve de cette grande naïveté, je dois le reconnaître. Parce que cet espoir stupide me fait perdre un temps considérable. Un temps où, au lieu de croire au miracle, je devrais prendre mes médicaments pour calmer cette douleur. J'ai cette très mauvaise habitude de reculer le plus possible cette décision. Mais, j'ai de très bonnes raisons...


Parce qu'en prenant ces dits médicaments, je signe pour une période difficile d'intolérance. Mon corps ne supportant pas la molécule, je me retrouver tel un zombie errant dans les rues. Avec beaucoup de mal à me concentrer, des nausées et des vertiges à longueur de journée. La joie ! Alors, fort heureusement, ce médicament a au moins le mérite de combattre cette douleur. C'est la seule bonne nouvelle dans l'histoire.


Parce qu'avoir mal à longueur de journée, à longueur de nuit, tape sur le système. Fait de nous des êtres plus sensibles, entendons par là, des personnes ayant notamment moins de patience certains moments. Parce qu'il faut essayer de souffrir en silence. Ne pas montrer aux autres que cette douleur nous ronge. Avoir mal peut devenir très pénible au quotidien.

 

*  *  *

Alors, parfois, j'en ai un peu assez de devoir faire ce choix crucial entre ne plus dormir

ou me rendre malade pour ne plus souffrir. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

frederique giraudier 20/07/2014 13:27


peut- être aussi parce que je ne disais plus rien, je ne me plaignais plus même le père de mes enfants ne comprenait pas, travailler, avoir des enfants, vivre au quotidien, faire comme si,
j'étais épuisée de mes journées. Même encore maintenant on me dit c'est le dos ah vous n'êtes pas née à la bonne époque, je ne dis plus rien, je laisse dire.


Mais je ne comprends pas que l'on ne puisse pas soigner l'arthrite, à part les anti douleur, les anti inflamatoires qui te bouzillent le foie, et tout le système digestif et de temps en temps une
infiltration, sinon rien d'autre le néant complet, et la douleur au quotidien qui ne te lâche pas, même la nuit.....Aujourd'hui je fais confiance à ce rhumatologue, qui depuis 2013, cherche et en
a enfin conclu que c'était articulaire.....


Oui un peu abhérant que personne n'y ai vu plus tôt.

mVmHmE 20/07/2014 14:11



Je pense que parfois il est bon de savoir reconnaitre nos faiblesses aux autres. J'ai appris à mes dépens que ce n'est pas bon du tout de tout garder pour soi !



frederique giraudier 17/07/2014 15:04


Je repasse de temps en temps sur ton blog et là tu parles de la douleur, mais comment expliquer que l'on souffre sans répis, que l'on ne trouve pas le sommeil, ou que l'on a du mal à se déplacer
à de simples personnes qui ne supporte pas une rage de dent.


Mes articulations me font souffrir depuis des années avec des hauts et des bas,  on m'a dit entre autre que c'était des fibromyalgies, que c'était musculaire, la maladie du siècle, même les
médecins n'ont pas cherchés.


Quand j'étais petite on me disait d'arrêter de me plaindre, que l'école était obligatoire, que c'était certainement la croissance. Alors pendant des années je me suis tu, je n'ai plus rien dit,
j'ai essayer de vivre comme tout le monde et puis j'ai fait avec.


En 2009, ce n'était plus supportable, surtout sur la durée. Le médecin m'a mis en arrêt maladie puis le licenciement....


Et c'est seulement en 2014, que l'on s'est intéressé à mon cas. C'est peut-être inflammatoire. En plus de la belle déformation du squelette jamais soigné non plus Je suis toujours sous tramadol,
avec de temps en temps une infiltration, pas toujours bénéfique.


Bises


Fred

mVmHmE 20/07/2014 13:14



La douleur est une chose très difficile à vivre au quotidien. Les autres ne la comprennent pas toujours et c'est décourageant parfois...


C'est fou que les médecins aient mis autant de temps à se préoccuper de ton cas !!



les sens ciel 04/11/2013 21:56


Je crois que vivre avec la douleur fait vraiment partie de ces choses qu'on ne peut comprendre sans l'avoir vécu...je ne peux que compatir... Etant enfant j'ai eu des soucis de santé et j'avais
souvent des douleurs, les personnes autour de moi ne comprenaient pas et ça rajoute aussi au problème. J'espère que tu as autour de toi des personnes patientes et attentives et je te souhaite
vraiment de trouver un jour un traitement mieux adapté :-(

mVmHmE 06/11/2013 12:28



J'ai la chance d'être très bien entourée, on ne m'embête pas avec ça ! Je pense que tu as raison, on ne peut pas vraiment se rendre compte de ce qu'est la douleur au quotidien si on ne l'a jamais
vécu...



alice 04/11/2013 11:40


Je partage ce que tu dis, je me sens moins seule en te lisant car je pense souvent à tord que si je suis à cran c'est juste à cause de mon mauvais caractère.


Et pour les médicaments je t'encourage à reculer autant que tu peux, on choisis toujours le cerveau en premier, jusqu'à notre limite.

mVmHmE 06/11/2013 12:29



Non, parfois les réactions ne sont pas justes liées à un 'mauvais' caractère, il faut parfois creuser un peu plus pour comprendre... Tu as raison, on cherche sans arrêt notre limite, même si je
ne suis pas sure que cela soit la meilleure solution...



Elo 04/11/2013 11:16


C'est tellement compliqué ... ça soigne d'un côté et détraque de l'autre !!

mVmHmE 06/11/2013 12:30



Oui ! Et c'est vraiment pénible !