Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 17:00

Licenciement-stoppe.jpg

Voilà plusieurs mois que l'envie d'écrire cet article me dévore. Seulement, je voulais attendre que les choses soient définitivement établies avant d'en parler ici. Et puis surtout, prendre le temps d'être prête à en parler. Parce qu'il faut bien l'avouer : il y a plus réjouissant comme manière de commencer cette nouvelle année. Soit. Je crois qu'en réalité, j'ai besoin de coucher les mots sur le clavier, histoire de digérer l'importance de cette information. Définitivement. Pour rebondir, ensuite.

 

Pour que vous compreniez le parcours qui m'a menée à la case licenciement économique, je vais vous détailler en quelques étapes les événements importants. Je travaille en tant qu'architecte depuis plus de sept ans au sein d'une petite agence d'architecture (je n'ai qu'une collègue secrétaire à mi-temps, en plus de mon patron architecte). Il s'avère que ce poste, je l'ai trouvé de suite après la sortie de l'école. C'est donc mon premier emploi. Voilà pour la petite histoire.

 

Et puis, un matin de fin Juillet 2013 (après presque sept ans de bons et loyaux services), à peine arrivée au bureau, mon patron m'interpelle et commence à me dire que les affaires vont mal, qu'il a du mal à faire rentrer de la trésorerie et « qu'il faudrait que je réfléchisse à ce qu'on pourrait faire me concernant. Parce qu'il faut trouver une solution ». Sans m'en dire davantage. J'avoue que sur le moment, j'en serais presque tombée de mon fauteuil. Je ne voyais pas clairement où il voulait en venir. D'ailleurs, il n'a pas dit les choses clairement. J'ai appris cela quelques jours avant mes congés d'été, donc je vous laisse imaginer la joie... Je suis donc partie en vacances en ayant à l'esprit qu'à la rentrée de Septembre, je perdrai mon travail.

 

Il n'en fut rien. J'ai repris le travail et mon patron ne m'a absolument pas reparlé de tout cela. Rien. Silence radio. Est-ce utile de préciser dans quel état cela m'a mis ? Pour faire court, un mois après la reprise : arrêt maladie de quatre semaines tellement j'ai pris sur moi avant de craquer. Je ne comprenais pas que mon patron laisse trainer cela en longueur, sans me tenir informée. Son silence était terrible pour moi. J'ai repris le travail tant bien que mal courant Octobre, en appréhendant énormément ce que j'allais trouver en arrivant. Je n'ai rien trouvé.

 

Pas un mot de sa part concernant cette « solution qu'il fallait trouver me concernant ». Je vous laisse imaginer les conditions de travail. La difficulté de trouver le courage de se lever le matin et d'assurer ensuite sa journée de travail. Malgré tout. Chaque jour, je me disais qu'il allait enfin m'en reparler, que j'allais avoir un peu plus d'informations sur mon avenir. Au bout de plusieurs semaines, ne tenant plus, c'est moi qui ai abordé le sujet. Cherchant à savoir où tout cela en était, à connaître la situation de l'entreprise. Il s'est contenté de me dire quasiment la même chose qu'en Juillet... Pas super rassurant tout ça, et surtout extrêmement dur psychologiquement. Ne pas savoir de quoi sera fait demain était vraiment inconfortable pour moi. J'ai d'ailleurs oublié de préciser que mon salaire mensuel m'est versé avec l'équivalent de trois semaines de retard depuis plusieurs mois.

 

Ce silence de sa part a duré jusqu'à mi Novembre où j'ai reçu par voie recommandée un courrier me proposant une réduction de mon temps de travail et de mon salaire à la hauteur de 60%. Je n'ai que moyennement apprécié qu'il n'ait pas pris la peine de m'en informer de vive voix avant de me faire parvenir par écrit cette proposition. Je rappelle que nous ne sommes qu'à deux une grande partie de la semaine, j'estime que dans ce type de rapport, la franchise reste probablement la solution la plus saine. Il en a été autrement. Tant pis. J'ai donc refusé cette proposition, estimant que la perte de salaire serait trop importante. Dans mon courrier, j'ai pris le parti de lui dire clairement ce que je pensais de son silence et de son manque de franchise.

 

Les semaines ont passé et je n'ai pas eu de retour à ce courrier. À savoir qu'un refus de ma part concernant la réduction de temps de travail enchainait directement sur une procédure de licenciement économique. Ce n'est que quelques jours avant Noël qu'il a évoqué le fait qu'il allait bientôt me convoquer à un entretien préalable au licenciement. J'ai attendu, il ne me remettait aucun document. J'ai donc encore une fois pris les devants, ne supportant plus d'être dans l'attente, surtout en cette période de fin d'année. C'est donc le 20 Décembre 2013 que j'ai appris que j'étais convoquée à mon entretien le 2 Janvier. J'ai donc passé mes congés et mes fêtes de fin d'année en sachant qu'à cette date, je perdrai mon job.

 

Pour conclure, cette terrible histoire, j'ai repris le travail le Jeudi 2 Janvier et me suis fait licencier pour raisons économiques. Résultat des courses, d'ici le 23 Janvier 2014, je serai officiellement sans emploi. Je reconnais que c'est un coup dur pour commencer l'année. Qu'il est clair que j'aurais préféré la commencer d'une meilleure manière. Plus joyeuse. Il en a été autrement, je dois faire avec. Maintenant, il faut prendre le temps de digérer tout cela. Le temps de me relever.

 

< ----- >

 

Et puis, la suite, je vous en parlerai bientôt !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Trenty 13/01/2014 17:01


Pas cool du tout pour les fêtes.


Mais je vois bien ce que tu dois vivre.


La boite de mon beau-père doit fermer dans les jours prochains.
Mais il n'a toujours pas d'info sur son licenciement.


Alors qu'il sait que ça vas fermer depuis octobre. 

mVmHmE 03/02/2014 10:42



C'est terrible d'être dans l'attente et de ne pas savoir. C'est probablement ce qu'il y a de pire ;)



lucie.T 08/01/2014 21:25


Le comportement de votre patron est inadmissible ! Quel manque de courage et de franchise ! Cela doit être difficile à encaisser mais j'aime à penser que de belles aventures vous attendent ! Et
je vois que vous avez beaucoup d'envies pour 2014 et je souhaite que tout se réalise !!!

mVmHmE 09/01/2014 09:47



Merci beaucoup Lucie ! 



Marion 08/01/2014 17:43


Effectivement, il y a mieux pour débuter une année. Cela dit, je pense qu'il faut relativiser, l'architecture n'étant pas un domaine sans issue! Par contre, je ne suis pas employeur, mais je
trouve dur vos propos concernant votre employeur; je ne pense pas que ce soit de gaieté de coeur qu'il vous aie licencié... Je ne crois pas qu'un employeur soir lache. Il faut du courage pour
créer sa boîte et la maintenir de manière à ce que chacun conserve son poste. Moi, j'entend parler au quotidien des difficultés rencontrées par mon employeur, je sais que la suppression de mon
poste est pour bientôt, et cela depuis 2008... Et oui, car c'est la crise, et rares sont ceux qui ne sont pas touchés par celle-ci. 

mVmHmE 08/01/2014 21:05



Mes propos sont peut-être durs mais je cherche juste à relater mon ressenti. Et surtout, la difficulté de ce silence qu'il a mis entre lui et moi depuis des mois. Ne pas savoir communiquer est
une réelle difficulté. Je suis tout à fait consciente que ce n'est pas facile pour lui, non plus. Mais je reste convaincue que cette situation aurait été moins malsaine si il avait eu le courage
de me parler plutôt que de se taire.


Et contrairement à ce que vous avez l'air de penser, le secteur de l'architecture est particulièrement bouché en ce moment. Le monde du bâtiment va très mal, il n'y a pas de boulot. Les artisans,
les architectes n'ont plus de travail. C'est réellement une période très difficile dans ce secteur d'activité.



G. 08/01/2014 16:15


Salut toi. Arf... situation délicate (Mode "Evidence à 2 balles" ON). Tu vas te relever, niveau résilience, t'es au taquet! Je connais une archi "homologuée Handicap", si tu veux ses
coordonnées...


Pour te requinquer


Biz, t'inquiète, ça va aller.

mVmHmE 08/01/2014 21:00



Comme j'aime cette chanson ! En fait, tu as raison, elle résume tout. Cela m'interesserait en effet que tu me communiques ses coordonnées (tu peux me contacter par mail dans l'onglet "Pour me
contacter". Merci en tout cas :)



Cyrielle 08/01/2014 11:17


Votre papier
me touche et je trouve l'attitude de votre supérieur bien peu courageuse.


 


Il est
certain qu'être licenciée après 7ans de bons et loyaux services est dur à avaler même si le motif semble se tenir.


 


Le
licenciement pour motif économique est malheureusement une mésaventure qui arrive à beaucoup de travailleurs en ce moment. Si cela est dévalorisant, ce n'est pas pour celui qui est débarqué (qui
ne fait que subir), mais c'est pour le patron qui n'a pas su bien gérer son affaire. Il est vrai aussi que le contexte général, bien pourri, n'aide pas à la bonne santé des
entreprises.


 


Pour ce qui
vous concerne, dites vous que le fait de casser la routine pour partir vers d'autres horizons pourrait s'avérer très salutaire.


 


Avec 7 ans
d'expérience dans un même poste et la détermination que l'on devine à travers vos billets, vous devriez trouverer rapidement un autre job à votre mesure.


 


En tout cas,
prenez le temps de décompresser/respirer et foncez. La dernière phrase de votre billet laisse à penser que déjà vous avez des projets plein la tête.


 


Je vous
souhaite le meilleur pour le reste de l'année 2014 et tenez bon jusqu'au 23 Janvier.

mVmHmE 08/01/2014 20:57



Merci de vos encouragements ! En effet, c'est une période difficile pour beaucoup de monde, beaucoup d'entreprises. Ce que je regrette, c'est ce manque de communication entre lui et moi. Ce
silence. Mais je crois en effet que ce temps à venir ne peut qu'être source de découvertes !



sophie-mum 08/01/2014 09:50


deja dans ton malheur je pense que tu as bien fait de renoncer à ton 60% car si qques moi apres il te licencier tu aurais perdu peut etre plus d'argent.
C'est pas une super nouvelle qui t'arrive mais tu vas rebondir du moins je l'espère


bon courage

mVmHmE 08/01/2014 20:52



En effet, cela aurait été une bétise d'accepter une telle proposition car trop risquée ! Il n'y a que le meilleur qui peut m'attendre maintenant après un début d'année comme cela ;) Merci de ton
message !



PtiteDelph 08/01/2014 00:38


Je comprends mieux pourquoi tu faisais allusion parfois au fait que c'était pas top côté moral :-( vive la communication, c'est pas comme si c'était une entreprise de +200 salariés, là il aurait
pu te tenir au courant, je me mets à ta place, moi qui ne supporte pas le silence qui laisse tout envisager et surtout le pire. Courage ma belle, prends le temps de digérer tout çà et te
connaissant, je suis sûre que tu trouveras quelque chose d'autre où tu auras une place bien plus valorisante que ce qu'il pouvait t'offrir lui. Et on est là. Ce n'est pas parce que je ne montre
pas mon bout du nez ici ou ailleurs que je ne suis pas joignable en privé, malgré tout. De gs bisous de soutien

mVmHmE 08/01/2014 20:51



Merci pour tes mots Delphine. En effet, maintenant vous devez mieux comprendre certains de mes articles où le coeur n'y était pas. Il fallait que j'attende d'être prête avant d'en parler ici, sur
le blog... J'espère que tu te portes bien. Des bizoos



fedora 07/01/2014 21:08


courage ! je suis de tout coeur avec toi ! je trouve inadmissible la manière de procéder de ton patron... le barbare a eu la même "suprise" par lettre recommandée également... 1 mois et demi
avant Noël... nous étions très contents !  écrire lui a fait beaucoup de bien... des bizz

mVmHmE 08/01/2014 20:50



Quand on est face à une personne qui ne sait pas communiquer, malheureusement la seule solution reste l'écrit... Merci de ton message.



Camille 07/01/2014 20:34


Tes craintes se sont avérées vraies. C'est incroyable, ton patron n'a aucun courage, n'est capable d'occupe honêteté alors que vous vous cotoyez en privé tous les jours, je n'en reviens pas.


Tu n'es pas une personne qui accepte l'inactivité, il te faut digérer cela et te relever. 


Tu es une jeune personne dynamique, diplômée, expérimentée et en plus tu réponds à l'obligation d'emploi des TH. Tu ne peux que rebondir.


Allez courage !!  

mVmHmE 08/01/2014 20:49



Effectivement, Camille. Je regrette vraiment ce silence entre lui et moi, après autant d'années passées à collaborer. C'est dommage. Merci de tes encouragements, c'est adorable ! 



Ginie 07/01/2014 19:33


Voilà pourquoi ces derniers mois étaient si tendus pour toi. Je suis navrée. Mais regardons le côté positif en ce début d'année, peut-être serait-ce l'occasion pour toi de rebondir sur quelque
chose de nouveau, et de plus belles opportunités. En tout cas plein de courage ♥

mVmHmE 08/01/2014 20:48



Voilà, je ne pouvais pas en parler. En tout cas, je n'étais pas prête. Tu as raison, ce sera l'occasion de voir d'autres opportunités. Merci de tes encouragements :)



Koalisa 07/01/2014 17:37


C'est affreux d'être traitée comme ça, je n'ose pas imaginer l'état dans lequel ça a pu te mettre... Comme tu dis, il faut digérer et puis rebondir, mais ce n'est pas si facile ! Je te souhaite
de retrouver rapidement du travail dans de meilleures conditions. Tous mes voeux pour 2014, bisous !

mVmHmE 08/01/2014 20:47



Effectivement, il va y avoir une période un peu difficile. Mais la vie doit continuer, malgré tout...