Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 12:55

rester-legerete-aerienne-creations-precedemme-L-7KX7qH

Ces derniers temps, ma vie est un peu mouvementée. Je traverse une phase de remise en questions (essentiellement professionnelle) et de fatigue extrême qui ont comme conséquences un esprit embrumé et qui a du mal à y voir clair. Difficile de réfléchir, un corps qui se traine un peu et surtout des nerfs en pelote. Moi qui suis claire et organisée d'habitude, me voilà diffuse et éparpillée. Ouille. Bon, je sais que c'est temporaire mais cela me perturbe un peu... Au point que la semaine dernière, j'ai du faire une pause et être en arrêt de travail pendant quelques jours, le temps de reprendre mes esprits et surtout de reprendre des forces. J'ai donc mis la machine sur pause et je n'ai rien fait pendant deux jours à part me laisser vivre, ne plus trop penser (oui, bon ça, j'avoue que pour moi, c'est mission quasi impossible !), laisser mon corps au repos en espérant que cela suffirait à me remettre d'aplomb...

Et puis est venue la question difficile de la reprise. Car j'avais comme consigne du médecin de ne surtout pas reprendre si je ne me sentais pas prête. Je pouvais donc tout à fait prolonger cet arrêt de travail d'une semaine. Voyez-vous, mon environnement de travail est fait de tensions et de pressions quotidiennes avec un patron lunatique et colérique qui a tendance à pourrir l'atmosphère parfois des journées entières. Alors, c'est devenu très difficile pour moi de supporter cela au quotidien. Pourtant, j'avais pris l'habitude depuis des années maintenant de me préserver et de prendre de la distance par rapport à cela mais depuis plusieurs semaines, le phénomène s'est considérablement amplifié au point de ne plus arriver à affronter la chose et me rendre au bureau chaque matin. Un bon petit craquage, quoi.

La question de la reprise donc. Dimanche dernier, cette question du "j'y retourne ou je n'y retourne pas ?" m'a obsédée des heures entières. Au point de me retrouver le dimanche soir avec un énorme dilemme qui m'a bien pris la tête, comme on dit. Un coup, je me dis que oui, j'y retourne. Pour aussitôt me dire que non, j'ai le droit de profiter de quelques jours de repos supplémentaires. Bref, vous l'aurez compris, j'ai mis pas mal de temps à me décider !

Lundi matin, 07h00. Je n'avais toujours pas pris ma décision. Sur un coup de tête, je me suis donc préparée et j'ai pris la direction du bureau. Un peu fébrile, je l'avoue mais en tout cas, j'avais enfin pris cette foutue décision. 

La journée a été extrêmement éprouvante mais j'ai réussi à tenir le coup. En fait, je vous explique. Je suis très exigeante dans la vie, avec les autres mais surtout avec moi-même. Et la simple idée d'avoir craqué et de devoir me mettre en arrêt de travail ne m'a pas vraiment mise à l'aise. Je n'aime pas être faible. J'avoue. Du coup, il fallait que je retourne travailler, ne serait-ce que me prouver que j'en étais capable et le prouver aux autres (même si je sais que c'était complètement inutile de prouver quoi que ce soit à mes proches...). Je savais au fond de moi que j'étais forte et que je valais mieux que ces tensions, que ce patron colérique et envahissant. Et surtout plus forte que ce corps fatigué qui refusait l'effort. Je devais y arriver !

Et puis, le lundi soir est venu, puis la journée du mardi aussi. Je n'ai pas failli et j'ai donc repris le travail définitivement. Je dois dire que cela faisait un moment que cela ne m'était pas arrivé mais mardi soir je me suis faite une drôle de réflexion: j'étais fière de moi. Fière de m'être surpassée et d'avoir eu le courage de mettre mes doutes et mes angoisses de côté et de reprendre la route du bureau. Cette sensation m'a fait beaucoup de bien et m'a remis du baume au coeur. Tout n'est pas gagné, les tensions au boulot sont toujours là, les journées sont longues et éprouvantes. Mais j'y suis arrivée. Moi qui ne m'en croyais pas capable. Et pourtant...

 

♥♥♥

Cela vous arrive aussi parfois de vous sentir fier ? Fier de vous ou de ce que vous avez accompli? Trouvez-vous cela étrange ou plutôt normal ?

Partager cet article

Repost 0
Published by mVmHmE - dans Mes humeurs.
commenter cet article

commentaires

Stephy 16/03/2013 20:11


Après un arrêt de travail qui se termine bientôt (soit 3 semaines en tout pour bronchite...quand on a déjà des pb respi, c'est pas simple de s'en remettre) cette partie me parle beaucoup :
"Je suis très exigeante dans la vie, avec les autres mais surtout avec moi-même. Et la simple idée d'avoir craqué et de devoir me
mettre en arrêt de travail ne m'a pas vraiment mise à l'aise. Je n'aime pas être faible. J'avoue. Du coup, il fallait que je retourne travailler, ne serait-ce que me
prouver que j'en étais capable et le prouver aux autres (même si je sais que c'était complètement inutile de prouver quoi que ce soit à mes proches...). Je savais au fond de
moi que j'étais forte et que je valais mieux que ces tensions, que ce patron colérique et envahissant. Et surtout plus forte que ce corps fatigué qui refusait l'effort. Je devais y
arriver ! "

TiteDelph 28/07/2012 11:31


Tu peux être fière de toi, parce que subir la mauvaise humeur d'un patron colérique en plus de gérer son corps, ce n'est pas du gâteau, je confirme. Pour répondre à ta question, de mon côté, je
suis rarement fière de moi. Tout ce que je fais est nul, ce n'est jamais suffisant, il a fallu que le spécialiste qui me suit me dise que c'était remarquable d'avoir tenu 5 mois en formation
alors que tout le monde doutait de ma capacité à tenir le coup physiquement et mentalement, pour que je réalise qu'effectivement, je pouvais être un peu fière. Là il voulait me mettre en arrêt,
parce qu'après le traitement que j'ai eu à l'hopital pendant 1 semaine, en général il met 2 semaines d'arrêt pour qu'on ait le temps de se reposer, parce que les douleurs reviennent encore plus
forte. Je n'ai pas voulu, suis en congé après cette semaine, je lui ai répondu que j'arriverais à tenir. J'espère pouvoir effectivement tenir. Je te dirai vendredi prochain si j'ai pu être fière
de moi du coup ;-) En parallèle, je sais que chaque pas contre la maladie, quelqu'elle soit, est une victoire. Ce qui est anodin pour certains est compliqué pour nous et çà je le garde en tête
malgré tout. Mais j'ai du mal à être satisfaite de ce que je réalise. Ma seule fierté du moment, c'est d'arriver à dire ce qui ne me plait pas au lieu de le garder en moi et de ruminer. Ca plait,
tant mieux, çà ne plait pas, tant pis, je ne retiens personne, bye. J'ai trop souffert de tout intérioriser et çà m'a rendue malade finalement, alors personne ne me fera plus de mal et je suis
fière d'arriver à me dire çà, quitte à perdre du monde, c'est que ce n'était pas les bonnes personnes que j'avais autour de moi.


Continue à te battre, tu as un courage qui fait du bien à voir, parce que çà me booste moi-même parfois, quand je te lis. Tu entraînes dans ton élan de courage et c'est une belle leçon de vie que
tu nous offres à chaque fois dans tes articles. Je t'embrasse bien fort, repose toi bien ce w-e

Onee-Chan 20/07/2012 12:45


Je comprends tout à fait ta fièreté ! La mienne en ce moment est beaucoup plus bête : celle d'arriver à continuer à écrire ce qui me plaît sur mon blog, depuis si longtemps, en ayant des choses à
dire et à montrer sans m'occuper de qui aime ou pas, juste pour moi. En ce moment c'est cette toute petite fierté là qui me fait du bien, parfois ce sont des plus grosses et plus méritable. MAis
toute petite fierté est bonne à prendre pour notre bien être et notre confiance en nous ! Bravo et continue !! Bisous

Rose-Amoureuse 19/07/2012 18:16


Ca m'arrives, oui, souvent même (même si en ce moment, à cause de l'échec du bac, j'ai un peu plus de mal, mais ca...) ! Je suis fier d'avoir fait des cours par coress', d'être devenue quelqu'un
d'autonome et de sérieux vite (peut être trop vite...), etc. Je sais, qu'à mon âge, j'ai fais des choses que les lycéens ne font pas, ne connaissent pas forcément, et même si d'un côté, je sais
que j'ai du du coup grandir doublement plus vite que les autres et parfois je regrette un peu ca, eh ben, je suis contente d'en être arriver à là, et oui, fière de moi.  

lysvb (virginie) 19/07/2012 17:45


Ca fait toujours du bien d'être fier de soi, car malheureusement c'est un sentiment que souvent nous avons du mal a ressentir vis-à-vis de nous même.


Je comprend ton ras le bol du boulot, il est fatiguant de travailler dans des conditions de pressions permanentes.


Maintenant tu as fait une pause, puis tu es repartie, voir même très bien repartie !!! alors oui sois fière de surmonter ses ptits obstacles quotidiens, même futiles soient-ils parfois, car merde
... c'est bon de se sentir bien et d'être en confiance avec soi même !!


Des bisous miss

mVmHmE 19/07/2012 20:59

Ton message me touche beaucoup Virginie, merci !
Passe une belle soirée :)

Marie 19/07/2012 16:56


Je crois que c'est bon d'etre fier de soi de temps en temps, de reconnaitre nos efforts, nos pregres, nos bonnes actions.


Mais si tu n'es aps habituee a prendre des jours de repos, sois fiere aussi de les avoir pris. Je sais ce que c'est mais je crois que de reconnaitre qu'on a besoin de faire une pause c'est une
autre belle occasion d'etre fiere.


Courage, plus qu'une journee! Bises

mVmHmE 19/07/2012 20:58

Tes mots me vont droit au cœur Marie. Tu as raison, il faut savoir s'écouter un peu parfois...
Bonne soirée !

Missbavarde 19/07/2012 16:13


J'aime mon taf mais j'aime encore plus ma santé et ma vie privée alors si je dois m'arrêter pour me reposer je le fais, je n'hésite pas une seconde car on n'est pas irremplaçable… tu as eu raison
de te reposer et de te faire arrêter et si tu avais eu besoin de plus il ne fallait pas hésiter à prendre 2/3 jours en plus… bientôt le we :)

mVmHmE 19/07/2012 20:56

Oui, bientôt le week-end ! Enfiiiin :)

Cécile 19/07/2012 15:01


Ben c'est normal je dis, moi aussi ça m'arrive d'être fière de moi :)

mVmHmE 19/07/2012 20:56

Ouf tu me rassures alors :)