Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 22:00

colere.jpg

Pas mal de rebondissements ces derniers jours en ce qui concerne mes auxiliaires de vie. Dans les jours qui ont suivi le gros retard de l'auxiliaire à mon domicile dont je vous parlais dans ma note du 7 Février, les choses se sont détériorées. Paula n'était pas comme d'habitude, l'ambiance avait vraiment changé. Au point de passer un weekend complet d'interventions avec elle sans aucun échange, elle était froide et fuyait les conversations que je tentais de lancer... Super agréable de la subir comme ça ! Bilan en fin de weekend: je sentais qu'un truc clochait mais sans réellement savoir quoi. Je n'allais pas tarder à connaitre le fin mot de l'histoire...

Le lendemain lundi, Paula devait intervenir sur mon lieu de travail à 10h30. Après vingt minutes de retard, ne la voyant pas arriver, je cherche à la joindre - sans succès. J'appelle donc l'association pour savoir ce qu'il se passe, et on me passe directement la direction - hum ça sent pas bon là... Sentiment confirmé lorsque la responsable m'annonce qu'elle vient de passer un long moment au téléphone à parler avec Paula. Elle m'annonce qu'elle a demandé à ne plus jamais intervenir chez moi. Ah, elle est bonne celle là ! Je suis perplexe et demande des explications. J'apprends donc que Paula trouve que je lui manque de respect et que quoi qu'elle fasse, elle a l'impression que cela ne va jamais.

Traduction: elle n'a pas supporté que je ne lui fasse pas de grandes embrassades le jour de son retard de 2h30 (ben quoi, elle s'est excusée, honte à moi !) et préfère la fuite plutôt qu'assumer la conséquence de ses actes. Quant au fait de prétendre que je ne suis jamais contente, la faute à qui ? en plus d'être en permanence en retard, elle est bordélique, ne range rien à sa place, prétend savoir cuisiner de bons petits plats et au final tu bouffes de la merde comme tu en as rarement mangé ! C'est clair, c'est plus simple de fuir le problème.

Bref, suite à cette demande, son employeur lui a clairement annoncé que cela ne fonctionnait pas comme ça, que les clients ne sont pas choisis 'à la carte' et qu'elle devait continuer d'assurer mes prestations. Elle s'est donc engagée à venir malgré tout mais avec du retard. Je vais faire court: elle n'est jamais venue. Et ce, sans même prendre la peine de me prévenir ainsi que son employeur. Elle n'a donc pas laissé la possibilité de prévoir un remplacement.

Ceci est considéré comme un abandon de poste au niveau du code du travail et c'est très grave. En ce qui concerne le code pénal, son absence est considérée comme une maltraitance par négligence. Sauf que cette personne a vraiment pris ça à la légère en décidant de se mettre en arrêt de travail (ben ouais c'est plus facile que d'assumer ses responsabilités !) Il a donc fallu en catastrophe complètement adapter mon planning d'interventions sur deux personnes au lieu de trois (merci connasse !). Non seulement elle me fout dans la merde mais elle ne réalise pas qu'en agissant de la sorte, elle fout aussi dans la merde ses collègues qui se retrouvent à faire des heures pas possibles à cause d'elle... Pendant ce temps, mademoiselle se repose, tranquillement, chez elle. (Vous comprenez son médecin lui a diagnostiqué un surmenage... La pauvre... Surmenage de conneries serait plutôt mon diagnostic !)

J'ai pris le temps, hier soir, de coucher sur le papier toutes les choses que j'avais à reprocher à Paula. Tous les retards, abus et absences de sa part que j'avais pu tolérer et taire parfois. Je vous ai ficelé cela parfaitement. Cela fait un bien fou ! J'ai évidemment pris la peine de transmettre ce courrier salé à sa direction de manière à ce qu'ils soient au courant de tout. Je sais que la responsable en fera bon usage. Pour ma part, j'en ai un peu assez que ces personnes irresponsables qui ont pu croiser mon chemin, depuis plusieurs mois maintenant, s'en sortent aussi facilement. Je fais le serment, ce jour, de ne plus jamais me taire, sous prétexte de vouloir arranger les choses. Car, au final, 'trop bonne, trop conne' comme on dit...

Je fais une fois de plus le constat que les auxiliaires de vie ont la fâcheuse tendance à faire des caprices. 'Je veux pas ci, j'aime pas ça. Oh non c'est trop dur, je peux pas...' Pfff au secours ! En tous cas, Paula pensait s'en sortir et se replier derrière son arrêt de travail pour justifier son absence et son comportement mais c'est raté. J'ai, pour une fois, une responsable qui comprend les choses et qui, surtout, réagit. Elle a pris soin de faire les choses dans l'ordre. Etape 1: courrier d'avertissement envoyé pour les retards à répétition. Etape 2: courrier pour abandon de poste. Dernière étape: la convocation pour licenciement. Et, pour ma part, la cerise sur le gâteau: elle quittera l’association sans aucune indemnité. Ben oui, il s'agirait pas de la récompenser non plus !

 

Si vous rencontrez ce genre de problème ou connaissez quelqu'un souffrant de maltraitance de ce genre, je vous invite à consulter le site du service public où vous trouverez toutes les informations pour vous défendre et faire connaitre vos droits.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patricia.S 11/04/2014 18:19


Force est de constater que je ne suis pas la seule à me plaindre, entre celles qui sont en permanences en retard (uh désolée blablabla....) et les autres "on se fait un café Pat ? (bah oui, parce
qu'en plus on te donne de jolies surnoms histoire d'être potes), même si j'avoue que la pause café au départ était mon idée (GRAVE ERREUR !!!) et celles qui ne savent pas te laver correctement
(j'imaginais alors l'état de leurs culottes...).


Bref, tu résumes très bien ce que nous subissons afin de conserver notre "liberté"


Mais il y a tout de même de très belles rencontres, celle qui devinent tout sans un mot et connaissent le respect , alors à celle ci je leur dit : MERCI

mVmHmE 16/04/2014 10:59



En effet, je pense que des livres entiers pourraient être écris sur le sujet ! ^^


C'est comme partout, il va y en avoir des biens, respectueuses, à leur place et puis il y a toutes les autres qui prennent leurs aises et oublient à qui elles ont affaire !


Merci d'avoir partagé ton expérience en tout cas :)



MissBavarde 10/03/2012 21:13

malheureusement je crois que les autres sont plus nombreux que les gens bien ^^

mVmHmE 10/03/2012 21:16



Je pense que tu as raison sur ce point. Malheureusement. Mais le tout est de le savoir et de passer son chemin ! ^^



ludo 27/02/2012 11:40


Et bien j'ai envie de dire le feuilleton continue ...


triste constat qui ressort dans ton blog concernant cette profession. A croire qu'envisager une carrière dans ce domaine doit être une vocation et certainement pas pris à la légère. J'ai
l'impression que les intervenants non pas toujours conscience des responsabilités et des impacts vis à vis de leur client.


Cette malencontreuse expérience, et l'article qui en découle, auront le mérite de souligner un tabou de notre société, la maltraitance et d'informer sur les moyens de se défendre.


j'espère que tu finiras par trouver des personnes compétentes.

mVmHmE 27/02/2012 11:58



Comme tu dis le feuilleton continue... Mais cette fois, je ne me suis pas laissée faire et je peux même dire 'j'ai gagné'. A titre d'exemple, je me devais de réagir. 


Tu as raison, ces personnes ne prennent que rarement conscience de leurs responsabilités et de l'impact de leurs erreurs sur le client. C'est dommage. 


L'avantage d'avoir réagi de la sorte est que le reste de l'équipe sait désormais que je ne me laisse pas faire et que je me défendrai quoi qu'il arrive. Cela peut peut-être rétablir une certaine
'rigueur' dans les prestations, qui sait?



sissi 21/02/2012 18:13


Et VLAN !!! bien fait pour elle !! ya une justice quand même !


J'ai bien ri avec "surmenage de conneries" !! je le ressortirai !!

Isabelle 21/02/2012 15:20


Aberrant ! Ces "filles" ont quand même choisi le métier d'"accompagnement". Je suis consciente que les "demandeurs" sont parfois difficiles... Mais ça n'en fait pas une généralité. J'ai exercé ce
métier il y a longtemps de cela. Rien ne peut se faire sans respect, sans engagement réciproque. Suis je naïve, en affirmant qu'un dialogue sincère et franc est ouverture à une entente ?


Bonnes choses pour la suite

mVmHmE 21/02/2012 16:05



Je suis d'accord avec vous, le respect doit bien évidemment aller dans les deux sens. Et à cette seule condition. Une fois ce respect mutuel acquis, les choses se font bien naturellement et
permettent une relation confortable et de confiance entre l'auxilaire et le patient.


Certaines auxiliaires de vie n'ont pas choisi le bon métier car elles oublient qu'elles sont face à des personnes parfois en souffrance ou en tout cas dépendantes, et cela sous entend un minimum
de compréhension et surtout d'écoute.


Merci de votre réaction et de votre soutien en tous cas.