Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 13:18

Hier, je me suis rendue sur mon ancien lieu de travail pour une réunion. C'est loin, très loin de chez moi. Pour ceux qui n'ont pas spécialement suivi mes aventures à ce sujet, vous pouvez trouver des détails ici. J'ai donc repris le train comme je l'ai fait des dizaines et des dizaines de fois pendant un an et demi. Avec à l'esprit que j'allais me farcir trois heures de trajet pour deux heures de réunion, mais soit. J'avoue que la veille déjà, je commençais à appréhender. Bizarre, vous allez me dire. C'est vrai que prendre le train, il n'y a rien de terrifiant là-dedans. Je vous l'accorde. Pourtant, refaire ce trajet m'a replongée dans le passé. Dans ces mois passés où je me suis épuisée à faire tous ces aller-retour, ne comptant pas ma fatigue.

 

Durant le trajet en train le matin, je me sentais vraiment bizarre. Un sentiment étrange de déjà vu, de bien trop vu d'ailleurs. Les mêmes paysages, aux mêmes moments. Je n'étais pas ravie de me trouver là près de la fenêtre, la tête pleine de toutes ces images, de tous ces souvenirs. J'ai repensé à tous ces matins et tous ces soirs où je tombais de sommeil dans le train. Morte de fatigue. J'ai repensé à cette lassitude qui s'emparait de moi à faire sans cesse ce même trajet durant de longs mois. Tout cela pour aller travailler. On peut en faire des choses quand on n'a pas le choix...

 

Quand je suis rentrée de cette réunion, j'étais vidée. Littéralement vidée. Pourtant je n'y suis pas allée une journée entière, comme c'était le cas auparavant. Mais je peux vous assurer que le résultat était le même. Je suis arrivée chez moi exténuée. Je crois que je fais un blocage avec ce trajet. J'ai trop tiré sur la ficelle à l'époque. J'ai ressenti ce même poids sur mes épaules, je n'ai d'ailleurs pas pu m'empêcher de me faire la remarque suivante « Comment as-tu fait pour tenir le coup ? ». Aujourd'hui, je me sentirais profondément incapable de le refaire. En tout cas, je ne le souhaite plus. Ce corps épuisé, vidé de toute force et toute énergie, je ne veux plus vivre avec. Plus pour le boulot en tout cas.

 

Je disais plus haut que l'on peut en faire des choses quand on n'a pas le choix. La question des limites, tout ça, tout ça... Je suis une spécialiste dans le domaine : dépasser les limites. J'encaisse, j'encaisse. Et je m'écrabouille d'épuisement. C'est quand même terrible cette mauvaise habitude que j'ai ! Parfois, la vie nous emmène dans des endroits, nous fait prendre des décisions alors que sur le papier, ce n'est pas une bonne idée. Je reste pourtant convaincue que tout arrive pour une raison. C'est le destin. Traverser certaines épreuves, faire certains choix nous fait grandir. Tout cela fait de nous ce que nous sommes.

 

Alors, hier soir, je me suis surtout dit que je ne voulais plus jamais vivre cela. Faire des choses au détriment de ma santé. Comme je dis souvent, « une santé on n'en a qu'une ». Point. Et il faut en prendre soin, encore plus quand on est malade. Hier encore, j'ai ressenti beaucoup de joie et d'apaisement dans le fait de désormais travailler dans des bureaux à dix minutes de chez moi. J'apprécie pleinement cette chance. J'ai donné de ma personne, je me suis battue. Aujourd'hui, je suis même contente d'aller au bureau. De retrouver mes collègues, de faire mes blagues débiles, de papoter de banalités. Mais d'être contente d'être là. Surtout.

Plus jamais.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La Baladine 19/11/2016 11:50

Qu'une santé, oui, et un seul corps. Quand la vie s'est ingéniée toute seule à vous le fragiliser, ce corps, il est encore plus vital d'être à son écoute, d'en prendre soin. Tu as su le faire à temps, mais c'est d'avoir repoussé tes limites au-delà du maximum qui t'a amenée à en prendre conscience. Tu as raison, rien n'est inutile dans une vie. On apprend, sur soi, sur les autres, sur le monde, jour après jour. Tu es définitivement une grande et belle personne!

mVmHmE 21/11/2016 16:55

Merci pour ce compliment :) Il n'est pas toujours évident d'être bienveillant envers son corps mais je crois qu'il faut le faire le plus possible...

Marie Kléber 17/11/2016 13:59

Tu as fait le bon choix Elodie - ton corps n'en pouvait plus et tu l'as écouté. Bravo!

mVmHmE 17/11/2016 20:33

Malheureusement Oui... j'ai donné de ma personne !

zenopia 17/11/2016 07:46

Tu te doutes : cela me parle à mort en ce moment... Bisous Elodie

mVmHmE 17/11/2016 20:30

Je te crois. Prends soin de toi Cécile. Bizoos

Val75 17/11/2016 03:18

Coucou, bien sur que ton corps et ta mémoire se rappellent de ce trajet ! parfois on croit ne pas avoir le choix mais nous l'avons toujours... même si cela a des conséquences.
tu as bien fait de changer tout ça, continue à faire les bons choix pour TOI, aime toi, prend soin de toi, tu es la seule à pouvoir le faire...

mVmHmE 17/11/2016 20:29

Tu as sans doute raison, mon corps n'a pas oublié. Comme tu le dis, je suis la seule à pouvoir le faire...