Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Archives Par Mois :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 15:23
Lettre à toi qui m'a pourri la vie.

Chère S. (Tu vois, je suis encore trop polie, je tairai ton prénom),

 

Je me retrouve face au clavier parce que j'ai un tas de choses en tête que j'ai besoin d'exprimer. Tu es entrée dans ma vie il y a quelques mois quand je recrutais une nouvelle auxiliaire de vie pour m'aider au quotidien. À l'époque, j'ai eu l'impression que tu étais quelqu'un de sérieux, de fiable et que tu avais pigé le rôle que tu aurais à jouer auprès de moi. Là-dessus, je suis toujours très claire sur les attentes que je peux avoir d'une nouvelle aide. Tu as donc intégré l'équipe en toute connaissance de causes.

 

Je dois bien avouer que tu m'as bien eu. Dès les premières semaines, tu as commencé à demander à être remplacée de temps en temps. Comme je suis quelqu'un d'optimiste (ou naïve parfois, rayez la mention que vous voulez...), je n'y ai pas porté plus d'attention que ça. J'ai cru que c'était temporaire. Je me suis - méchamment - trompée.

 

Tu as pris cette très mauvaise habitude de prévenir à la dernière minute que tu ne viendrais pas, ne laissant que peu - ou pas - de solutions pour trouver le temps de te remplacer. Il y a donc plusieurs interventions qui n'ont pas eu lieu alors que chacune d'entre elles m'est indispensable. - Tu aimerais toi ne pas pouvoir aller aux toilettes ou ne pas pouvoir te lever le matin pour te laver car personne n'est là pour t'aider ? Non ? - Ben moi non plus figure-toi ! Pourtant, c'est arrivé. Plusieurs fois.

 

Et après chaque absence, tu revenais, l'air de rien, sans même des excuses ou la moindre explication. Sans même t'inquiéter de savoir si quelqu'un avait pu venir te remplacer. Je ne comprendrai jamais comment on peut agir de la sorte... Non, vraiment, ça me dépasse de faire un tel métier et de ne pas tenir compte du côté humain de la chose. - Oui, je sais, pour certaines d’entre vous, je ne suis qu’un moyen de gagner votre vie. Ni plus, ni moins. - Putain, faut vraiment que je m’y fasse ! À croire que je suis vraiment trop exigeante...

 

Toujours est-il que j’ai passé ces dernières semaines à m’angoisser jour et nuit de savoir si oui ou non tu serais présente le lendemain. Si quelqu'un serait là pour m’aider, si je pourrai sortir de mon lit, si je pourrai aller travailler, si je pourrai rentrer chez moi le soir. S’angoisser de cela en permanence est insupportable. Je te le dis sans sourciller, tu m’as vraiment pourri la vie. Tu as fait de mon quotidien un enfer. Un enfer où j’étais à la merci de ton choix de me faire « l’honneur » de ta présence ou non (vaut mieux en rire, hein).

 

Ces semaines entières à stresser en permanence ont des conséquences. Des conséquences physiques, je ne te remercie pas des insupportables douleurs au dos que je subis à cause de toi. J’ai passé un dimanche entier à pleurer toutes les larmes de mon corps tellement la douleur était intense. Mon corps a dit Stop. Stop à toute cette merde. Et puis, il y a des conséquences psychologiques. Aujourd’hui, je suis fragilisée. Nerveusement, je suis à bout. Et pourtant ceux qui me connaissent bien savent que je suis plutôt quelqu'un de solide. De fort. Mais tu m’as épuisée. Ton indifférence me donne envie de vomir, en fait.

 

Alors, à toi qui sais très bien transformer l'aide en danger, j’ai envie de dire de te changer de métier. Tu n’es absolument pas faite pour ça (si, si, je t’assure). Ce serait même inconscient de te laisser continuer sur cette voie. Un tel manque de professionnalisme est effrayant. Dangereux, même. Tu m’as mise en danger, tu as mis mon travail en danger. Mais tu ne l’as jamais compris et ne le comprendras jamais. Cela peut être considéré comme de la maltraitance. Maltraitance, oui. - C’est fort de sens, tu ne trouves pas ?

 

Depuis deux semaines maintenant, tu as été virée de mon équipe et je n’ai qu’un seul mot qui me vient à l’esprit : soulagement ! Je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais ce dont je suis sure désormais c’est que je ne te laisserai plus me faire du mal. Non, ça c’est fini. Même si je garde des séquelles, c’est encore frais tout ça, mais je sais qu’un jour je ne me rappellerai même plus de toi. Et crois-moi, j’attends ce jour avec impatience.

 

Sur ce, adieu. À jamais. Tu ne feras plus de ma vie un enfer. Plus jamais. T’écrire cette lettre est pour moi l’occasion d’évacuer mes souffrances. Je vais aller mieux maintenant.

 

 

                                                                                                    Élodie

* Source image

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marina 21/08/2018 03:25

La cascade. Beaucoup de personnes ne se rendent pas compte de la répercussion de leurs actes... Eux avant tout

Koalisa 03/10/2016 13:51

les mots me manquent. C'est vraiment inadmissible que ce genre de personne soit autorisée à travailler ! J'espère que tu vas vite te remettre de ce qu'elle t'a fait subir. Bises

Jocelyne 30/09/2016 12:34

Bonjour, je viens de lire ce cri du COEUR !
Si vous en avez la possibilité, faites-lui parvenir un courrier à cette "dinde", où vous exprimerez tout ce que vous avez dit sur votre blog.
D'autre part, un autre petit courrier à l'organisme dont elle dépend peut également éviter qu'elle n'altère la vie d'une autre personne par ses négligences et manquements.
Maintenant que vous l'avez évincée, pensez à vous !
Vous détendre en pratiquant des exercices de respirations abdominales pourrait vous faire le plus grand bien... Je pratique cela régulièrement et surtout quand je suis dans un état de stress ou d'angoisse, et ça me permet de relativiser au moins pendant le temps où je me concentre sur ma respiration.
Je vous souhaite une bonne journée ...... Une journée est une vie !
A bientôt.
Jocelyne

Dhelicat 29/09/2016 19:49

Quel scandale ... jespere qu'elle sera rayee des auxiliaires de vie et que tu trouveras vite quelqu'un de fiable et que ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir bonne soiree

Ciloucr 29/09/2016 17:45

C'est considéré comme de la maltraitance au moins phychologique. As-tu contacté son employeur? Les AVS sont des prestataires de "service", elles/ils doivent au minimum le respect et la bienveillance aux personnes dont elles/ils s'occupent. Je suis horifiée de lire ça. J'espère que ta/ton nouvel(le) AVS sera une personne qui fasse bien son travail.
Je t'embrasse
Un AVS reconvertie en assistante maternelle.

Marie kléber 29/09/2016 15:10

Je suis révoltée en lisant ton courrier Elodie. Je ne comprends pas comment des personnes (dont c'est le métier qui plus est) peuvent agir de la sorte, mais surtout peuvent faire si peu cas de la vie des autres.
J'imagine aisément tes angoisses journalières. C'est inadmissible. Tu as raison cette personne devrait changer de métier. Elle n'est pas à la hauteur de l'humain et de sa tâche. Je suis triste de lire que tu as encore dû faire face à ce manque cruel de sens commun et d'humanité. J'espère que la prochaine aura à coeur de faire son métier avec passion et que tu pourras retrouver sourire et sérénité. Je t'embrasse.

Melle Blanche 29/09/2016 13:53

Hélas la situation est si fréquente, les métiers des services à la personne sont très mal rémunérés, considérés et du coup ça se ressent lors du recrutement avec des personnes non qualifiées, non motivées, non fiables.
Je ne peux que te souhaiter d'être bien entourée.

Carrie 29/09/2016 08:28

Oh comme je te comprends. C'est inhumain et vraiment tu en souffres ensuite.
J'espere qu'elle sera rayée de ce job!!!!

Nat 29/09/2016 07:10

Bonjour Elodie, Ca a du te faire du bien dans un sens d'écrire cette lettre. Je trouve très bien que tu l'ais fait car ce sont des situations qui sont malheureusement méconnues et bien trop courantes ! J'espère le moins courante possible... Et il faut en parler pour que les choses changent le plus possible.
Mon fils est en internat médicalisé et parmi les auxiliaires qui s'occupent de lui et de ses "colocataires" il y a des personnes qui ne font ce métier que parce qu'il faut bien payer son loyer ou le dernier iPhone ...Ils ont des stages de sensibilisation etc mais ça ne change rien. C'est très stressant effectivement de se dire que pour se lever ou manger et boire... il dépend d'eux. Heureusement certains aiment vraiment leur métier aussi :o) Gros bisous

zenopia 29/09/2016 06:16

En lisant le titre de ton billet, je craignais qu'il ne s'agisse de ce genre de problème... C'est dingue ! Parfois, je me dis que tu devrais ouvrir ta propre société d'auxiliaires de vie... c'est con hein mais je me dis que tu ne dois pas être la seule à vivre un tel calvaire. Or, pourquoi ? Ces personnes ne sont-elles pas sensibilisées à la tâche qu'elles vont devoir accomplir ? Quelque part, il y a quelqu'un qui ne fait pas son job... c'est triste :/ Prends soin de toi Elodie <3 bisous

laurent loisel 28/09/2016 22:14

*tu as bien fait d’exorciser ce mal qui te rongeait. J'espère que maintenant tu es mieux, plus d'angoisses du lendemain en autre. Ton témoignage va aider d'autres personnes qui n'osent dire ce qu'elles vivent au quotidien.

Val75 28/09/2016 21:06

bonjour, je suis ton blog régulièrement car je suis en fauteuil roulant mais je suis autonome.
ta force de caractère me rend admirative et j'aime te lire... je ne laisse pas souvent de commentaires mais là, ta lettre m'a vraiment émue, franchement des personnes comme ça , ça donne la haine...je compatis sincèrement de ta situation, car en effet, on n'imagine pas ce que cela doit être d'attendre quelqu'un de l'extérieur pour pouvoir se lever...
garde ton courage intact et dis toi que cette personne paiera un jour ou l'autre son comportement... je te souhaite de l'oublier bien vite pour avancer de nouveau avec le sourire de la confiance ! bises ; Val

mVmHmE 28/09/2016 21:24

Merci pour tes encouragements ! Le meilleur reste forcément à venir...Ou pas ^^ en tout cas, au plaisir de te lire à nouveau :)

olivier 28/09/2016 19:23

Eh bien moi je te trouve trop gentille ... N'y a t'il pas moyen de porter plainte ... Tout ça est SCANDALEUX ET INNACEPTABLE !!! Remets toi bien et bon courage ... Amitiés ( si je puis me permettre )

mVmHmE 28/09/2016 19:58

Trop gentille non, je ne pense pas. Mais je fais le choix de ne plus m'épuiser à tenter d'expliquer à ces personnes ce qu'elles font de mal car rien ne rentre dans leur tête. Elles ne savent pas se remettre en question... Merci de tes encouragements en tout cas !

La Baladine 28/09/2016 17:17

Jolie Elodie...
Ce n'est pas une vie quelquefois, la vie... Surtout quand on se retrouve, au sein d'un quotidien déjà difficile, contraint de se coltiner des rapaces dans le genre de cette déplorable S.... Je connais tout le bien qu'on éprouve à se décharger par écrit des tourments qu'on peut subir, que ce soit par méchanceté ou par désinvolture... Ta lettre est magnifique, de bout en bout. Remets-toi bien!

mVmHmE 28/09/2016 19:56

Merci de ton message ! J'avoue que cela m'a fait un bien fou de poser des mots sur tout ca. Je me sans bien plus légère désormais...

Giraudier 28/09/2016 17:02

Bonsoir Elodie, coup de gueule qui t'a permis d'évacuer cette haine, cette boule qui a tourné longtemps dans tes tripes.
Comme toute employée on se tient à carreaux les premiers temps, le temps de faire ses preuves vis à vie de l'employeur, c'est bien connu.
Et puis une fois placé et ben on s'en fou, on vient ou on ne vient pas, on fait ou on ne fait pas. Et après on se plaint d'aller pointer au chômage.
Ce que ne comprenne pas ces personnes, que l'être humain n'est pas un paquet, un dossier, un objet.
C'est malheureux que les fournisseurs de prestations de service à la personne, outre trouver le bon élément pour la bonne place, ne s'engage pas à former ses personnes. Mais je pense que la demande est plus forte que l'offre et on met n'importe qui, n'importe où....
Bon courage Elodie et remet toi vite heureusement tu as un boulot qui te plaît.
Bises
Fred

mVmHmE 28/09/2016 19:55

Merci Frédérique ! En effet, les prestataires ne pensant pas qualité mais quantité. Il y a également une lacune en terme de formation, c'est vrai. Il y a encore beaucoup à faire en tout cas dans ce domaine de l'aide à la personne !