Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 10:24
Oser.

Hier soir je suis rentrée du travail un peu fatiguée, l'esprit un peu lourd. Contrarié. Je n'avais de goût à rien. Lire m'était impossible tellement ma tête était pleine. Je me suis donc résignée à allumer la télé. C'était l'heure des infos, j'ai donc laissé tourner. Pour ne finalement tenir le coup que quelques minutes devant les images qui défilaient. Ça m'a suffi. N'ayant envie de rien, j'ai décidé que la seule chose raisonnable serait de me coucher tôt, afin de pouvoir enfin trouver la paix de l'esprit.

 

Ne plus penser, c'était tout ce dont j'avais envie. J'ai donc posé ma tête sur mon oreiller, relevé la couette sur moi. D'habitude, c'est mon moment préféré de la journée. Pouvoir m'allonger et laisser mon corps au repos le temps de quelques heures. Mais cette fois, j'ai très vite compris qu'il en serait autrement. Je n'ai pas trouvé la paix, j'ai au contraire ressenti une grande angoisse. Seule, dans le noir. Je me suis mise à penser à mes proches et là, sans prévenir, les larmes se sont mises à couler. Trempant immédiatement le tissu de mon oreiller. Je suis une grande sensible, c'est pas nouveau.

 

Sauf que là, ce n'est pas parce que je suis fatiguée ou ai passé une mauvaise journée (ou que sais-je encore). Cette fois, c'est parce que j'ai réalisé que j'ai peur. J'ai peur de voir mes proches disparaître du jour au lendemain et de ne pas avoir eu le temps de leur parler, de les voir. Une dernière fois. J'ai soudain pris conscience que je suis pudique. Que je ne suis pas du genre à étaler mes sentiments à la figure de tout le monde. En permanence. Non. Je suis plutôt de celles qui pensent que mes proches savent combien ils comptent pour moi. Mais, ce n'est pas suffisant.

 

Hier soir, allongée dans mon lit, j'ai réalisé que les événements de vendredi, cet abominable massacre sanglant m'ont foutu un gros coup au cœur. Il est clair que ces derniers jours laissent des traces. Indélébiles. Je n'ai pas réussi à en parler ce weekend, ni sur le blog, ni sur ma page Facebook. Aucun mot ne voulait se coucher sur le clavier. Comment exprimer ma grande tristesse, cette colère et cette incompréhension ? Je me dis qu'aucun mot n'est suffisant. Que rien ne pourra effacer ce qu'il s'est passé. Rien ne remplacera ces personnes qui ont perdu la vie, en étant au mauvais endroit, au mauvais moment. Rien ne soulagera leurs familles et amis qui ne les reverront jamais.

 

Alors, hier soir, j'ai trouvé tout cela bien trop lourd. Bien trop, tout court. Au point de soudain prendre conscience que ce n'est pas assez d'aimer mes proches en silence. Il fallait qu'ils le sachent. Là. Tout de suite. Il fallait que j'ose. J'ai donc pris mon téléphone et j'ai écrit à chacun d'entre eux. Pour leur dire que je ne le dis pas souvent mais que je les aime. Qu'ils comptent pour moi. Écrire ces simples mots sur mon écran m'a énormément bouleversé. Chacun m'a répondu, en retour. Et ces messages d'amour instantané m'ont fait beaucoup de bien. Les larmes ont cessé de couler et j'ai enfin pu me détendre un peu. En ayant à l'esprit que cette fois, ils savent. Ils savent bien combien ils comptent pour moi.

 

Ce matin, je suis apaisée d'avoir pris le temps de le faire. D'avoir osé dépasser ma pudeur. Alors, je vous encourage à en faire de même si, comme moi, vous avez trop souvent tendance à penser que ce n'est pas utile de dire à vos proches que vous les aimez, qu'ils le savent bien. Parce que, ces derniers jours, beaucoup trop de personnes n'ont pas eu la possibilité de dire au revoir à leurs proches et je trouve ça terriblement triste. Il faut désormais s'entourer d'amour. De solidarité, pour ne pas sombrer dans la peur. Aimez-vous. Tous. C'est bien mieux que la peur...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fedora 17/11/2015 18:15

C'est essentiel de dire à ceux qui compte qu'on les aime... on ne le fait pas assez souvent et, parfois, des événements dramatiques viennent nous le rappeler. Gros bisous ma belle

mVmHmE 29/11/2015 16:33

Oui, tout à fait. Parfois, on se dit bêtement qu'on a toujours le temps de dire à nos proches qu'on les aime... Des bizoos

Philippe 17/11/2015 15:43

Article qui donne de l'émotion , comme tu sais si bien le faire. Oui , il faut être semeur d'AMOUR , ne pas se regarder le ' nombril " car nous sommes tous unis les uns aux autres Etre positif , c'est comme ça que chacun aura un peu d'amour . Ne pas oublier que le mal est l'absence du bien , comme le froid est l'absence de chaleur.
C'est vrai on ne dit jamais assez " je t'aime " à ceux que l'on croise sur notre chemin .
Alors , je me permets de te dire je t'aime en toute simplicité
Je te dis bon courage , bisous d'amitiés
blog en construction

mVmHmE 29/11/2015 16:32

Merci pour ces mots si touchants Philippe. Bon dimanche à toi :)

marie kléber 17/11/2015 12:21

Je suis d'accord ma belle. Oser le dire. Oser s'aimer. C'est essentiel Elodie.
En partant hier matin, j'ai embrassé mes parents. Je ne le fais jamais. Mais j'ai trouvé que c'était important. J'ai l'impression qu'on ne dira jamais assez aux autres qu'on les aime. Alors il ne faut jamais hésiter à partager cet amour qui est en nous.
Je pense bien fort à toi et t'envoie de grosses bises de Paris, qui se relève et à la foi.

mVmHmE 29/11/2015 16:31

Tu as bien fait d'écouter ton coeur, oser aimer et le dire n'est pas toujours évident. Bon dimanche à toi Marie.

cledsol 17/11/2015 11:35

Merci, pour cet article...

J'habite en banlieue, donc proximité aidant, j'ai envoyé des messages aux gens auxquels je tenais dès le vendredi soir, pour savoir s'ils étaient en sécurité.
En lisant ce que tu écris, je me rends compte que je n'aurais peut-être pas fait la même chose si je n'habitais pas aussi près de Paris...

Pour ma part, oui, j'ai peur.
Mais de le reconnaître, paradoxalement, fait que je sors de chez moi bien plus facilement que ce que je ne pensais.
Parce que je pense que c'est humain d'avoir peur face à des choses pareilles, que de toutes manières je ne me sentais pas beaucoup plus rassurée avant, finalement... Et que je n'ai tout simplement pas envie de m'empêcher de sortir de chez moi.

Le magnifique temps qu'il a fait dimanche m'a fait du bien, pour ma part. J'ai trouvé bon d'être dehors, et ça m'a fait du bien de voir tous les gens, toutes les familles qui avaient décidé de sortir également...

Respirer et être vivant, c'est bon.
Prends soin de toi!!

mVmHmE 29/11/2015 16:30

Chacun vit cette épreuve comme il peut. Certains restent enfermés, d'autres sortent encore plus pour montrer qu'ils ne céderont pas à la peur...
Prends soin de toi également :)