Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 15:08
@Ma vie, mon handicap, mes emmerdes.

@Ma vie, mon handicap, mes emmerdes.

Qu’est ce qu’elle a la dame, maman ?

 

Cette phrase, je l’ai entendue des dizaines de fois de la bouche d’enfants interpellant leurs parents lorsqu’ils me croisent dans la rue, les magasins ou dans les transports. La vue du fauteuil et surtout le fait que je sois assise dedans plutôt que debout les interpelle souvent. C’est normal, c’est une situation inconnue pour eux. La réponse ou la réaction quasi systématique des parents est d’avoir honte et de demander à leur enfant de se taire. Cela me désole à chaque fois, vraiment.

 

Entendre cette question dans la bouche d’un enfant ne me dérange pas du tout. Cela me fait même sourire. Ils sont curieux et ont cette spontanéité qu’on leur envie en vieillissant. Par contre, ce qui me dérange beaucoup plus, c’est la bêtise des adultes. Demander à son enfant de se taire (tout en le tirant par le bras pour l’éloigner, on ne sait jamais hein, au cas où ce serait contagieux...) au lieu de lui répondre est stupide. Pourquoi faire de cette question un tabou ? Pourquoi ne pas tout simplement leur expliquer les choses ?

 

À réagir ce cette façon, l’enfant risque de ne retenir qu’une chose : la différence est un problème. En gros, les gens qui ne sont pas comme lui, ce n’est pas bien. Moi, je dis bravo aux parents ! Alors qu’il suffirait de prendre le temps de lui expliquer les choses avec des mots simples et tout le monde serait content. Sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge à tout cela, en particulier au handicap, est justement une façon intelligente d’arrêter de mettre les gens dans des cases et de ne plus pointer du doigt les gens qui ne sont pas comme nous.

 

Quand je rencontre ce cas de figure, c’est moi qui dois dire aux parents de ne pas réagir comme ça. Qu’il ne faut pas avoir honte que leur enfant ait posé cette question (je crois que s’ils pouvaient disparaître sous terre dans ces moments-là, ils le feraient). Ensuite, je m’adresse à leur enfant pour lui dire que ce n’est pas grave, que je vais bien et généralement, il me pose des questions toutes mignonnes, du genre : “ tu as mal à tes jambes ? ”, “ pourquoi tu as une poussette ? “, “ pourquoi tu n’es pas debout ? ”...

 

Je prends le temps de répondre à chacune des questions et il repart tout content qu’on lui ait expliqué les choses et moi, je me dis (peut-être naïvement) que j’ai un peu contribué au fait qu’en grandissant, il sera plus tolérant envers son prochain et qu’il sera plus ouvert à la différence ou en tout cas que les cases dans lesquelles on aura tenté de mettre les choses pour lui seront un peu plus grandes...

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 13:58
Se sentir à sa place.

Pas mal de changements ont eu lieu dans ma vie ces dernières semaines et un en particulier : j’ai commencé un nouveau travail il y a trois semaines. Cela a été une grosse étape pour moi mais surtout une étape essentielle. Avant de vous en dire davantage sur ce nouveau job, je vais d’abord vous parler de l’ancien car cela vous permettra sans doute de mieux comprendre en quoi ce changement est précieux à mes yeux.

 

Durant deux ans et demi, j’ai travaillé pour un employeur qui se situe à plus de 50 km de chez moi et je faisais donc plus de 3h par jour de trajet en transports en commun. Durant dix-huit mois, j’ai fait ce long trajet plusieurs jours par semaine. Mes journées étaient interminables et s’il fallait vous donner une image, je vous dirais que j’ai failli y laisser ma peau. Sans déc’. La fatigue était telle que l’expression “métro-boulot-dodo”, je l’ai expérimentée de très près. Je n’ai jamais été aussi fatiguée de toute ma vie, bref, c’était l’enfer.

 

Ensuite, j’ai demandé à pouvoir travailler à distance pour ne plus avoir à faire ce put*** de trajet, cela m’a été accordé. Mon lieu de travail se trouvait désormais à 15 min de chez moi, plus de levers aux aurores, plus de trains, de taxis, plus de stress de retard, etc... J’ai également dû m’intégrer au sein d’une nouvelle équipe mais par contre, je travaillais à distance avec ma hiérarchie et mes collègues de travail directs. Cela n’était pas simple de trouver ma place là-dedans, surtout que les missions que l’on me donnait à faire ne me plaisaient pas du tout et ne correspondaient pas à mon métier d’architecte et surtout auxquelles je n’étais pas formée. Est-il nécessaire de préciser que la distance par rapport au collectif de travail ajoutée au manque profond d’intérêt pour mes missions rendaient mes journées profondément déprimantes ?

 

Cette recherche de nouveau travail s’est faite dans des conditions très particulières et surtout dans une grande urgence. Cette seule phrase nécessiterait un article à elle toute seule pour vous expliquer tout ça. Je le ferai sans doute par la suite car il y a beaucoup à en dire... Je voulais de tout cœur trouver un nouveau poste plus près de chez moi mais pas à n’importe quel prix. Changer oui, mais pour faire quelque chose qui me plaisait vraiment. Hors de question de renouveler l’expérience de l’ennui au travail, j’ai donné, merci.

 

Aujourd'hui, non seulement, je travaille pour un employeur plus près de chez moi mais surtout, j’ai désormais des missions qui m’intéressent énormément. Rien que le sourire que j’ai en écrivant ces mots vaut tout l’or du monde. Si vous saviez à quel point c’est important pour moi de savoir pourquoi je me lève le matin et de me sentir utile. Je retrouve des sujets qui correspondent (enfin !!) à ma formation d’architecte. Quel plaisir. Bien sûr, ce nouveau départ me demande beaucoup d’investissement et d’énergie, je dois encore une fois m’intégrer au sein d’une nouvelle équipe (je vous en parlerai bientôt d’ailleurs) mais je suis absolument ravie de le faire. Je sais que cette fois, toute cette énergie déployée est pour la bonne cause et que je bénéficie à présent d’une stabilité professionnelle qui va m’offrir de nouveaux possibles dans ma vie personnelle. C’est une douce perspective après des mois de galère...

 

Ce que je peux d’ores et déjà vous dire, c’est que je me sens à ma place. Vraiment. C’est un sentiment précieux que je n’ai pas ressenti depuis une éternité. Sans doute des années, c’est pour vous dire à quel point cela compte pour moi. J’ai l’impression d’être enfin là où je dois être, là où je peux apporter ma pierre à l’édifice. Je ne suis pas en train de vous dire que tout est parfait, ce serait vous mentir mais j’apprécie qu’on tienne enfin compte de mes compétences, que l’on me propose des missions intéressantes. Je ne souhaite qu’une chose : apprendre encore davantage !    

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 17:37
Le meilleur reste à venir...

Les choses sont en train de changer dans ma vie depuis quelques temps. J'ai attendu durant de longs mois ce changement et je peux enfin le toucher du bout des doigts. Ce Lundi, je commence un nouveau travail. Et ces quelques - simples - mots représentent énormément pour moi. Je ne pourrai même pas vous dire à quel point. 

 

Hier, je suis allée faire mon pot de départ avec les collègues avec qui je bossais à distance depuis un peu plus d'un an maintenant. J'ai refait cette route que j'ai fait tant de fois durant un an et demi. Et je dois reconnaître que des images se sont mises à défiler en boucle dans ma tête, tous ces trajets en train, en taxi, en fauteuil. 3h30 par jour de fatigue, de stress qui ont fini par avoir ma peau. Bref, cela ne fut pas vraiment agréable de le faire à nouveau, même si c'était pour la dernière fois. Par contre, j'ai apprécié de revoir les collègues et d'entendre de leur part " Oh tiens, une revenante ! " On a passé un bon moment tous ensemble autour d'un verre, à rire, à se raconter des anecdotes, les derniers potins même. Ils m'ont beaucoup gâtée, j'avais plusieurs paquets à ouvrir. C'était chouette mais il a bien fallu leur dire au revoir. C'est la vie, me direz-vous et vous auriez raison...

 

Aujourd'hui était ma dernière journée au travail. Des sentiments multiples se sont bousculés en moi. S'entremêlaient la joie bien-sûr mais aussi la tristesse et la mélancolie. La joie parce que ce nouveau départ met fin à des mois de tensions et de grosses difficultés avec ma hiérarchie. Je crois que je n'ai pas même le courage, l'énergie ou bien même l'envie de vous en dire davantage pour le moment. J'ai plutôt envie de regarder devant... Mais, c'est aussi la fin de quelque chose. La fin d'une année au sein d'une équipe formidable, à nouer des liens privilégiés avec certains. C'est triste de me dire que je ne les verrai plus tous les matins au café, à refaire le monde ou le midi pour déjeuner en se faisant des confidences sur un coin de table...

 

Je sais que le meilleur reste forcément à venir. J'avais profondément besoin de ce nouveau départ, je vais à nouveau pouvoir concrétiser des projets que j'ai laissé en suspens durant de - trop - longs mois. Et ça, croyez-moi, ça vaut tout l'or du monde. Mais si je dois être tout à fait honnête, j'appréhende aussi ce nouveau travail, enfin surtout le fait d'arriver au sein d'une équipe où je ne connais encore personne (la zone de confort, tout ça, tout ça...). Vais-je bien m'intégrer ? Les gens seront-ils sympas ? Mes nouvelles missions me plairont-elles ? Vous voyez le genre... En tout cas, il me reste deux jours de weekend pour me reposer et être d'attaque lundi à 09h pour vivre de nouvelles aventures !! :)

 

 

♥ ♥ ♥

 

La fin de quelque chose signifie forcément le début d'une autre, n'est-ce pas ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by mVmHmE - dans Mes humeurs.
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 16:14

En ce moment, avec le retour des beaux jours, j'avoue que je sors beaucoup plus et ai donc d'autant plus de jolies choses à partager avec vous. Prendre chaque jour en photo les choses - petites ou grandes - qui me font plaisir me fait beaucoup de bien. Quand j'ai un coup de blues ou que tout est compliqué autour de moi, je jette un coup d’œil à mes photos et je retrouve le sourire pour quelques instants !

 

♥ Un matin, après un réveil plus que difficile, j'ai demandé à l'auxiliaire de vie de me faire une jolie coiffure que je n'avais encore jamais testé. J'étais très contente du résultat et j'ai même reçu des compliments dans la journée :)

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ En plus des photos que je prends chaque jour, j'aime noter sur des papiers mes p'tits bonheurs et je les mets ensuite dans un joli pot en verre. Vous me croyez si je vous dis que j'ai commencé à remplir ce pot début janvier et qu'il est déjà presque plein ?! Cela me rappelle que, malgré le fait que parfois je me dis que j'enchaine des semaines entières de galères, je trouve toujours des souvenirs à noter ! Et ça, c'est chouette !

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ Il n'y a pas longtemps, je suis allée rejoindre mon amoureux sur Paris pour le weekend. Cela m'a fait du bien de sortir un peu du quotidien et de dormir ailleurs que chez moi. J'ai passé trois jours vraiment, vraiment sympas. Et en plus, j'ai pu rencontrer en vrai une amie connue sur internet, un moment précieux !

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ Comme on n'avait pas pu fêter la fête des mères le jour même, on s'est réunis en famille un peu plus tard. L'occasion de passer un bon moment tous ensemble au jardin. Même que ma maman avait fait un délicieux gâteau aux fraises et que j'ai pu (enfin) lui offrir le tissage dans les tons bleus sur lequel je travaillais depuis des semaines :)

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }
Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ Je suis toujours ravie de pouvoir constater que certains commerçants / restaurateurs prennent l'accessibilité au sérieux et prévoient le nécessaire pour franchir la ou les marches à l'entrée. Ce soir là, je pensais ne pas pouvoir manger à l'intérieur du restaurant à cause de la grande marche. Sauf qu'en fait, c'était complétement faisable avec le bouton d'appel et le personnel qui apporte une belle rampe en métal. Au top !

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }
Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ D'ailleurs, c'était lors de la soirée ciné avec mon p'tit frère que j'ai pu déguster ce délicieux tiramisu aux fraises (une tuerie !!) dans ce resto et surtout avoir rencard avec Tom Cruise dans le film " La Momie ".

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }
Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ Une amie que je n'avais pas vue depuis longtemps est venue diner à la maison et nous avons passé une soirée au top : livraison de repas et salade de fruits maison qu'elle avait amené. J'ai d'ailleurs de très chouettes photos qui prouvent nos nombreux fou rires :)

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ Dimanche, pour la fête des pères, je suis allée chez mon frère pour un déjeuner en famille. La beau temps était eu rendez-vous donc on a pu prévoir les grillades ! J'étais contente de voir ma nièce en forme. Dommage que la journée soit passée aussi vite !

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

J'ai gardé le meilleur pour la fin : hier, j'ai enfiiiiiin reçu mon nouveau fauteuil. Cette livraison était le point final à des mois et des mois d'essais et surtout d'attente et de patience. Il est tout beau en rouge cerise comme ça. Bon, en toute honnêteté, lui et moi, on doit encore s'apprivoiser mais j'en fais mon affaire ;) C'est une réelle joie de passer d'un vieux fauteuil qui peinait à faire son job à une vraie fusée pleine d'énergie !!

Mes p'tits bonheurs #53 { Remplis de jolis moments }

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quels ont été vos p'tits bonheurs cette semaine ?

Dites-moi tout :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 15:29
Les états d'esprit du vendredi #29

C'est vendredi, !e jour des états d'esprit de Zenopia et du Postman où l'on partage son état d'esprit de la journée. Le principe est simple, il suffit de copier le formulaire, en le remplissant à ta sauce. Il faut ensuite laisser un commentaire sur leurs deux blogs respectifs afin qu'ils puissent faire un édit de leurs billets avec notre participation.

On peut également participer à leur tableau pinterest collectif et découvrir leur playlist sur youtube.

 

 

[ Vendredi 16 juin – 16h08 ]

 

Fatigue : Je suis sur les rotules, heureusement que ce soir c'est le weekend !

 

Humeur : Variable. Mais là, tout de suite, plutôt pas mal !

 

Estomac : Eau fraiche avec la chaleur qu'il fait...

 

Condition physique : A part la fatigue, cela va plutôt bien. Pas de douleurs ces derniers temps.

 

Esprit : Débordé ! J'ai tellement de choses à gérer en ce moment que j'ai la tête pleine. Je suis obligée de tout noter, sinon j'oublie tout ^^

 

Boulot : J'attaque lundi mes quinze derniers jours avant mon nouveau boulot et j'en suis ra-vie ! Je suis impatiente mais cela me fait de la peine de quitter des collègues adorables. En un an, j'ai déjà créé beaucoup de lien avec plusieurs personnes et j'espère les revoir par la suite...

 

Culture : Je suis en train de lire " Le voleur de brosses à dents " d'Eglantine Eméyé, un témoignage vraiment poignant. J'ai terminé la saison 4 d'Orphan Black, j'ai adoré cette série et attends avec grande impatience la dernière saison !! Je suis également au milieu de la saison 5 d'Orange is the new black, pas mal...

 

Penser à : Mettre le bouton sur pause, histoire de reprendre des forces...

 

Avis perso : Le manque de professionnalisme des prestataires de service me désole toujours autant. Mettre en danger une personne dépendante en ne faisant pas son travail et en attendant l'extrême urgence pour envisager de réagir est vraiment terrifiant. Je crois que je vais prochainement écrire (à nouveau, hélas) sur le sujet !

 

Amitiés : Très occupées en ce moment.

 

Sorties : Demain sans doute avec la chaleur qu'ils prévoient et surtout dimanche pour la fête des pères.

 

Divers : J'aimerais retrouver le temps et l'énergie de commencer un nouveau tissage. Cela me manque !

 

Courses : Le frigo est... complètement vide ! Cela serait bien que je me bouge les fesses la semaine prochaine ^^

 

Envie de : Choses légères, sans prise de tête. Bientôt, qui sait ?

 

‘Zic : Oh la la, sans hésiter, la nouvelle chanson d'Indochine " La vie est belle ", sortie la semaine dernière !! Je l'écoute en boucle.

 

Fin : 16h26.

 

* Source image

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 15:50
Barcelone - Août 2014.

Barcelone - Août 2014.

Je cherchais comment revenir de manière légère sur le blog et la lecture de l’article de Cécile m’a apporté la réponse. L’objectif du défi est de lister les choses qui font à nos yeux que des vacances sont réussies. J’adore l’idée et j’avoue qu’avec le retour du soleil et de la chaleur, on peut tout à fait prendre plaisir à penser à toutes ces choses qui nous plaisent et nous font du bien durant les vacances !

 

Voici donc la liste (non exhaustive) des choses qui me plaisent tout particulièrement :

 

Vivre sans montre. J’ai un quotidien très contraint, notamment avec le passage des auxiliaires à heure fixe et c’est un de mes plaisirs immédiats quand je suis en vacances quelque part : ne plus avoir à regarder l’heure.

 

Me réveiller naturellement le matin sans réveil, quand je suis rassasiée de sommeil.

 

Passer des heures au soleil et regonfler les batteries.

 

Partir en Espagne en bord de mer et vivre à l’heure espagnole : se lever et se coucher tard, manger plus tard que d’habitude, etc...

 

Bouquiner jusqu’à pas d’heure dans mon lit le soir. Chose que je ne fais jamais en temps normal. Du coup, je peux dévorer plusieurs livres en une semaine.

 

Préparer mon sac de voyage avec toutes les tenues « de vacances ». Alors, par contre, pour l’anecdote, je déteste par dessus tout défaire mon sac.

 

Me couper de la télé et du net et me remettre à dessiner par exemple. À chaque fois, je réalise que le numérique pollue beaucoup un quotidien si on n’y prête pas attention.

 

Prendre le temps de programmer des balades, déjeuners, dîners avec des amis ou de la famille.

 

Rouler des kilomètres en fauteuil, les cheveux au vent avec la musique à fond dans les oreilles.

 

Manger des glaces (italiennes, de préférence) quand il fait très chaud.

 

Aller à Barcelone et surtout, filer au bord la plage à peine arrivée. Cette simple chose me procure toujours une joie et une paix énormes.

 

Refaire le monde durant des heures le soir, que ce soit au coin du feu ou en terrasse en plein air.

 

Faire des longueurs dans la piscine quand l’eau atteint les 30 degrés. Même si je n’ai pas la force de « nager » beaucoup, je m’amuse toujours beaucoup d’avoir l’impression de faire mes propres jeux olympiques.

 

Ralentir le rythme, pouvoir souffler un peu et prendre le temps de prendre le temps.

 

♥  ♥ 

 

Voilà, je crois que si j’y réfléchissais encore davantage je trouverais encore des tas de choses que j’adore en vacances. Et vous, dites-moi, quelles sont les vôtres ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 11:04

Je crois que cela faisait un moment que je n'avais pas eu autant hâte de partager avec vous mes p'tits bonheurs ! Je sors d'une période assez compliquée où j'avais beaucoup de difficultés à trouver du positif. Cela ne m'arrive pas souvent, mais là je dois dire que cette spirale négative avait un peu trop pris ses aises.

 

Aujourd'hui, j'ai repris le dessus et les sourires font à nouveau partie de la majorité de mes journées et j'en suis ravie. Ces p'tits bonheurs sont donc des pépites que je conserve précieusement pour me donner du baume au cœur quand certains jours restent difficiles...

 

C'est donc avec grand plaisir que je vous montre en photos ces petites choses auxquelles je m'accroche ces derniers temps. Il faut dire que le retour du soleil et de la chaleur ont énormément contribué à tout cela. Je peux à nouveau apprécier de prendre l'air et être moins enfermée à la maison ! Quel bonheur !

 

Durant mon arrêt de travail, j'ai réalisé pas mal de tissages muraux pour m'occuper les mains et l'esprit (je vous ne parlais ici) et je dois dire que celui-là est un de mes préférés.

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Une amie m'a envoyé une carte pour me donner du courage dans la période difficile que je traversais. Et j'avoue que j'aime par dessus tout trouver ce genre de jolie attention dans ma boite aux lettres. Je trouve que c'est quelque chose qui se perd et c'est regrettable car cela fait toujours un plaisir fou !

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Je suis allée voir une exposition vraiment sympa avec mon homme sur les continents africains. Cela m'a d'ailleurs redonné envie d'aller en voir plus souvent car c'est dépaysant.

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Un attrape rêves m'a été commandé et j'ai adoré en réaliser un à nouveau. J'avoue que les tissages ont eu toute mon attention ces derniers mois et cela faisait un long moment que je n'en avais pas réalisé un aussi grand. Photos du modèle terminé très bientôt !

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

J'ai craqué sur ce coussin de singe de la sagesse dans une vitrine et mon homme me l'a gentiment offert. Il me fait beaucoup rire.

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Je suis allée avec mon frère et ma nièce en bord de mer pour visiter l'aquarium. C'était une journée magnifique. J'adore la voir et l'entendre s'émerveiller de tout. Là, elle regardait les méduses et m'a dit "regarde tata didi, ça bouuuuuuge !". C'est fou comme elle grandit vite, à chaque fois que je la vois, je la trouve changée !

En plus, ce jour-là, le soleil était de la partie, on a eu beaucoup de chance. Cela m'a fait un bien fou de profiter de l'air de la mer.

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }
Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Les pivoines sont une de mes fleurs préférées, surtout de cette couleur là. Quand je suis allée voir ma maman, je suis reparti avec un joli bouquet de son jardin. Elles étaient magnifiques et j'ai beaucoup apprécié les trouver chaque jour sur ma table avec leur douce odeur !

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

En méga p'tit bonheur sans photo pour l'illustrer (mais tout aussi précieux !), j'ai reçu une énorme bonne nouvelle : j'ai obtenu ma mutation et vais donc prochainement commencer un nouveau travail. J'attendais cela depuis de très longs mois et je crois que les mots ne sont pas suffisants pour vous exprimer ma joie. Je prendrai le temps de vous raconter cela sans doute très bientôt dans un article.

J'ai profité du long weekend et surtout des grandes chaleurs pour aller me balader. Je n'ai pas été chez moi durant quasiment quatre jours ! Le premier jour, je suis partie à l'aventure en fauteuil et en bus pour la première jusqu'à un parc que j'aime beaucoup.

J'ai trouvé une place en or au bord de l'eau pour prendre le soleil et entamer mon nouveau bouquin. La vue n'est-elle pas top ?

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Le lendemain, on a fait un pique nique en famille dans un parc. C'était vraiment chouette ! Même qu'après, on est allés voir ensemble le nouveau Pirates des Caraïbes au cinéma. Bon, petit bémol pour la clim qui était vraiment trop forte pour moi ^^ (comme d'hab' en fait).

Sur le chemin, j'ai eu une grande discussion avec un canard qui nous suivait, c'était drôle !

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }
Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Mardi dernier, j'ai publié un article qui compte beaucoup pour moi. J'ai laissé le clavier à mon frère et il a raconté dans un témoignage très touchant (vous pouvez y accéder ici) notre parcours de vie, la façon dont il a vécu l'arrivée de ma maladie dans notre vie. J'ai beaucoup pleuré, j'avoue. Je me rends compte que j'ai beaucoup de chance d'avoir un petit frère comme lui !

Mardi dernier, j'ai publié un article qui compte beaucoup pour moi. J'ai laissé le clavier à mon frère et il a raconté dans un témoignage très touchant (vous pouvez y accéder ici) notre parcours de vie, la façon dont il a vécu l'arrivée de ma maladie dans notre vie. J'ai beaucoup pleuré, j'avoue. Je me rends compte que j'ai beaucoup de chance d'avoir un petit frère comme lui !

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

Le dernier jour du long weekend, je n'avais pas envie de rester enfermée seule à la maison. Alors, je suis partie en centre ville et je me suis installée en terrasse pour déjeuner. J'avoue que c'était parfait avec un jus de fruits frais et un bon bouquin ! 

Mes p'tits bonheurs #52 { Spécial soleil et sourires }

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quels ont été vos p'tits bonheurs cette semaine ?

Dites-moi tout :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 14:47
L'impact de la maladie sur les proches.

Suite au témoignage de mon frère dans cet article, je me suis fait la réflexion que le handicap ou la maladie n'impactent pas uniquement la personne directement concernée. Bien sûr, c'est principalement elle qui en subit le plus directement ses conséquences. Mais l'annonce du handicap bouleverse également la famille, le conjoint, les amis. Et je crois qu'on a souvent tendance à l'ignorer. Ou en tout cas, à le minimiser.

 

 

Il est probablement plus évident de porter son attention sur la personne malade. Après tout, c'est elle qui vit avec elle au quotidien. Qui voit sa vie chamboulée. Mais qu'en est-il du ressenti du conjoint ? Des parents ? Des frères et sœurs ? Comment ont-ils eux-mêmes géré ce chamboulement ?

 

 

Je crois que j'ai mis un long moment à réellement prendre conscience que je n'avais pas été la seule impactée par ma maladie. Que pour mes parents, cela a été aussi une énorme gifle, une tornade qui a profondément marqué leur vie. Que mes frères ont également été marqués par cela. La famille au complet a dû gérer l'annonce de cette bombe. Et il a bien fallu qu'ils gèrent cela, eux aussi, chacun à leur façon. Ma maman avait d'ailleurs raconté dans cet article comment elle a vécu tout cela, ce qui permet d'avoir un point de vue différent du mien sur la même histoire, ce que je trouve vraiment intéressant. Un conjoint est également forcément impacté au quotidien. Même s’il n’en parle pas ou peu, il subit aussi la maladie ou le handicap. Il est le partenaire dans les épreuves, celui qui va courber le dos pour rendre nos difficultés moins pesantes.

 

 

Être proche de quelqu'un de malade ou en situation de handicap peut parfois engendrer des sentiments difficiles tels que la culpabilité, l'impuissance. La culpabilité d'aller bien, d'être en bonne santé alors que l'autre non. Et un profond sentiment d'impuissance face à cela, de

ne pas savoir quoi faire pour aider ou soulager l'autre. Et puis, peut-être aussi de l'incompréhension parfois. Car finalement, comment savoir ce que la personne ressent réellement face à sa maladie ou son handicap ? Chacun peut évidemment se faire une idée, mais est-elle fidèle à la réalité ? J'ai un point de vue assez tranché sur le sujet qui est de dire que, malheureusement, à part la personne directement concernée, il est impossible (ou en tout cas, vraiment difficile) de vraiment se rendre compte. Même un conjoint (qui est sans doute la personne qui nous connaît le mieux) ne peut pas mesurer tout ce que l'on peut ressentir lorsque l'on est dépendant au quotidien ou lorsque l’on souffre, par exemple.

 

Par contre, je peux dire par expérience que la maladie n’apporte pas que du négatif au sein du cercle familial ou amical. Au contraire. Être confronté à ce genre d’épreuves dans une famille ou dans un couple ressert très fortement les liens. Cela permet d’apprendre à se serrer les coudes, à être solidaire. Et surtout, surtout, à s’entourer d’amour et de bienveillance. C’est sans doute ce qui a fait de moi celle que je suis aujourd’hui car j’ai toujours eu la chance d’être bien entourée. De pouvoir trouver du réconfort et du soutien auprès de mon homme, de mes parents, de mes frères et de mes amies. C’est essentiel pour moi, comme un pilier dans ma vie. Même si chacun d’entre eux mène sa propre vie, je sais que si j’ai besoin d’eux, ils seront toujours là. Même de loin, même dans l’ombre. Chacun m’apporte à sa façon énormément.

 

• • •

 

Et vous, quel est votre point de vue sur le sujet ?

 
Repost 0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 17:15

Aujourd'hui, c'est avec une émotion toute particulière que je partage avec vous ce témoignage dans la rubrique " Raconte-moi ton histoire ". La personne à qui je laisse le clavier ce soir est une des personnes qui compte le plus pour moi. Je ne vous cache pas que, quand j'ai lu son témoignage hier soir, j'avais à peine lu deux phrases que mes yeux étaient déjà inondés de larmes. Cela a été une réelle épreuve d'aller au bout de la lecture tellement j'étais bouleversée. Ce n'est pas son genre de poser des mots sur ses sentiments alors ma surprise et mon émotion en ont été que plus grandes ! 


 

Les mots ont ce pouvoir, cette magie immenses de nous offrir l'occasion de nous confier. De parfois exprimer des choses que l'on serait incapable de dire en face. C'est d'ailleurs l'essence même de mon blog et en particulier de cette rubrique où je laisse l'opportunité à d'autres personnes de déposer des mots ici. Pour se soulager, pour se raconter et tenter de trouver un peu de paix.


 

Alors, je vous laisse découvrir sans attendre ce témoignage si précieux à mes yeux, en espérant qu'il vous touchera autant qu'il a pu me bouleverser. Bonne lecture !


 

♥ ♥ ♥


 

Tout a commencé par une relation de frère et soeur classique. On adorait se détester étant petit. Je me souviendrai toujours de la photo de vacances devant les maisons colorées sur le port de Copenhague où je ne voulais pas te prendre par l'épaule. Beurk, on fait ça avec son amoureuse, pas sa soeur !


 

Un premier choc, ma grande soeur est tombée à l'école et s'est cassée le bras. Mais elle n'est donc pas une super grande soeur invincible que l'on aime jalouser et détester...


 

Et puis, une fois l'adolescence passée, les moments difficiles avec notre petit frère et des soucis de santé, c'est ton handicap qui s'est invité tout doucement en s'insinuant petit à petit dans les photos de famille. Et un jour c'est le choc, le fauteuil roulant fait son apparition. C'est la panique, tout change et tout à coup je réalise que ma grande soeur est fragile et tout se chamboule dans ma tête : comment puis-je la protéger ? Après tout je suis plus petit et j'essaie déjà de montrer l'exemple pour mon petit frère qui me prend comme modèle. Il faudra donc être encore plus grand !


 

Petit à petit, je comprends que rien n'est facile pour toi alors que je peux faire tout ce que je veux. Un sentiment de culpabilité prend place et je décide de faire ce que je peux pour aider à gommer ce vilain handicap qui, en plus de ne pas vouloir partir, prend de plus en plus de place dans ta vie.


 

Je me souviens le support inconditionnel de ta meilleure amie à l'époque et la bouffée d'oxygène que t'offraient les visites chez elle. Et puis nouveau changement, on déménage. Loin de notre cadre si confortable et dans une maison qui est tout sauf accessible pour toi. Tu n'en verras qu'un tiers et la douche de la salle de bain du rez-de-chaussée ne facilite pas le quotidien. Démarre alors le rythme des bains du dimanche dans la salle de bain du haut et toute la logistique associée.


 

Saches que même si j'ai râlé et t'ai laissé attendre parfois longtemps avant de te redescendre dans ta chambre, j'étais toujours content de le faire car finalement j'avais trouvé quelque chose qui me rendait utile et compensait un peu le fait que tu ne puisses pas me courir après pour me botter les fesses.


 

Ensuite, il y a eu tes nombreuses maquettes pour l'école d'architecture et les nombreuses plaques de carton que je te ramenais en rentrant du lycée : inoubliable ! (en plus, aller au magasin me permettait de voir plein d'étudiantes en art !)


 

Et puis, c'est le divorce de papa et maman, tous un peu chamboulés. Et vient le moment de choisir où aller vivre. Tu pars vivre à côté de l'école avec ton copain et je décide d'aller avec papa pour être plus près de l'école. Puis tu te sépares de ton copain et tout bascule un dimanche après midi chez papi et mamie. Le prise de conscience de la dépendance à ton handicap est énorme. Il n'est pas possible que tu doives être dépendante du bon vouloir d'une société de transport pour passer du temps avec nous. Plan d'action, branlebas de combat et après une nuit à éplucher les annonces, une solution est envisagée. Je ne peux plus te porter sur mon dos pour aller prendre ton bain à l'étage, mais je peux te trouver une voiture bien à toi pour être autonome.


 

Le lendemain, coup de fil à maman et papi et mamie, il y a une solution, ils trouvent les fonds pour la rendre possible ! La semaine suivante, je prenais le train pour ramener le fruit du travail collaboratif : ta voiture ! Elle te sera offerte lors de l'anniversaire de maman, et ta réaction lorsque tu as eu les clefs est inoubliable : " des clés de voiture, qu'est-ce que vous voulez que je fasse avec ?! "


 

Puis, petit à petit, le temps et les rencontres font que de la distance se crée entre nous. Les études se terminent, je commence à bosser et je suis souvent en déplacements et mon absence de nombreux évènements dans la famille combinée à l'influence de ma copine font que l'on ne se connaît plus et qu'une jalousie s'installe. Tu as toute l'attention de la famille et personne ne comprend que ma vie n'est pas toujours facile, même si je n'en parle jamais.


 

Et un jour tout à changé. La plus belle chose qui me soit arrivée, ma petite princesse est née  fin 2013. Tout change pour moi et je réalise que ma famille me manque et que j'ai besoin de partager mes moments de bonheur avec vous. Après une séparation compliquée, je retrouve le plaisir de partager du temps avec toi.


 

Je réalise également que le temps de la montée du bain est bien loin et qu'il te faut désormais une vraie petite armée pour t'aider au quotidien. Et ce n'est que la partie visible de l'iceberg...


 

Après ton diplôme obtenu, premier boulot en poche jusqu'à ce qu'un licenciement économique s'en mêle. Et pourtant, tu trouves une solution et tu vas bosser tous les jours à 1h30 de chez toi avec, entre autres, un trajet jusque la gare (même sous la pluie), cela bien sûr une fois que l'auxiliaire de vie soit arrivée à l'heure pour t'aider à te préparer, puis l'attente du TGV sur le quai, 30 minutes avant si possible, puis après le trajet, un petit tour en taxi pour enfin arriver au boulot. Un petit coup d'aide sur place pour le quotidien, et une fois la journée terminée, retour à la maison en sens inverse.


 

Et même si la situation est maintenant un peu plus sereine pour le boulot, tu n'as jamais abandonné. Et pour cela, même si je ne le dis pas très souvent, la pudeur sûrement, je suis hyper fier de toi ma petite grande soeur ! Et tu es la meilleure de toutes les tata didi pour ta nièce qui t'admire, même si elle ne sait pas encore que la vie de sa tata n'est pas facile.


 

Mais au fond je suis sûr qu'elle le sait aussi car moi j'en suis convaincu : c'est une super héros invincible ma grande soeur et je l'aime de tout mon coeur !

Raconte-moi ton histoire #7 { Un témoignage plein de bienveillance }

N'hésitez pas à commenter et à partager cet article si cela vous a plu.

 

Si vous avez envie de partager votre témoignage face à la maladie ou le handicap, 

retrouvez toutes les conditions pour participer en cliquant ici.


 

♥ ♥ ♥

 

Retrouvez également les témoignages de Guillaume, d'Annabelle, d'Adéla,

de Morgane, de ma maman et d'Isabelle.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 10:46

Voilà un long moment que je n'ai rien écrit par ici... Il faut dire que trop de choses ont pesé et pèsent encore sur mes petites épaules. Des soucis ont eu raison de moi, au point que je suis en arrêt de travail depuis plus de quinze jours. Voilà, la bombe est lâchée. Pour le moment, je n'arrive pas à écrire davantage sur le sujet, pourtant je sais que l'écriture sera une des choses qui m'aidera à mieux vivre les choses et surtout à aller mieux. Je laisse le temps faire son œuvre de ce côté là.


 

Toujours est-il qu'être en arrêt me laisse du temps. Du temps pour souffler, certes (c'est l'objectif) mais cela me laisse surtout du temps pour penser. Et c'est justement ce qui ne m'est pas bénéfique pour le moment, trop penser. Je ne suis pas prête pour cela, je crois. Pas encore, en tout cas. Et donc, pour ne pas me laisser le temps de ruminer, j'ai besoin de m'occuper les mains et surtout l'esprit. De faire des choses créatives.


 

Je me suis fait la réflexion ces derniers jours que créer me permet d'oublier. Cela me permet de m'évader et de me mettre dans une bulle apaisante. Je laisse les soucis un peu de côté en passant des heures à fabriquer des choses de mes mains. Je me suis mise au tissage et je dois dire que depuis plusieurs mois, j'y consacre pas mal de mon temps personnel. Et encore bien plus de temps depuis que je suis en arrêt, je peux passer des journées entières à tisser. En écoutant de la musique ou en regardant la télé. J'aime réfléchir à de nouveaux modèles, de nouvelles formes, de nouveaux types de nœuds. Cela me plait beaucoup. J'ai même réalisé un petit book qui regroupe l'ensemble des tissages que j'ai déjà réalisé avec les petits morceaux de laines que j'ai utilisé. J'ai adoré le réaliser et compte bien le compléter au fur et à mesure.


 

Je m'interroge tout de même sur une chose : est-ce une bonne chose que cela devienne une telle addiction ? Le matin, dès que je me lève, c'est souvent une des premières choses à laquelle je pense. J'ai hâte de m'y remettre, de m'installer devant mon métier à tisser. En vérité, je ne sais pas vraiment répondre à cette question, si cela est bien ou mal. Je me dis surtout que c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour le moment pour aller de l'avant – autant que possible en tout cas. Parfois, je me dis que je pourrais lire davantage, j'ai d'ailleurs essayé mais mon esprit ne sait pas se concentrer à 100% à la lecture et part dans tous les sens...


 

J'ai des blessures qui semblent vouloir mettre du temps à cicatriser, j'ai hâte de réussir à en parler ici. Je sais que cela fera partie du processus pour que j'aille mieux. Cela me permettrait sans doute de savoir enfin lâcher prise, de ne plus être angoissée par certaines choses et de trouver une issue à tous mes soucis. Affaire à suivre, donc...


 

En tout cas, pour le moment, je crée donc j'oublie et cela me convient très bien. J'ai la tête qui déborde d'idées et d'envies. Par exemple, cela me plairait beaucoup de faire une exposition de mes créations. Je ne sais pas où, ni comment. Mais pourquoi pas ? Déjà, je suis très heureuse que certaines personnes apprécient mes tissages et me passent commande pour un modèle qui leur plait. Alors, je m'accroche à ces petites choses qui me font plaisir...

 

 

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quelles choses aimez-vous faire lorsque votre esprit est tourmenté ?

 

Je crée donc j'oublie.
Je crée donc j'oublie.
Je crée donc j'oublie.
Je crée donc j'oublie.

Suivez-moi sur Facebook et Instagram pour ne rien louper de mes publications.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by mVmHmE - dans Mes humeurs.
commenter cet article