Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quelques mots me concernant ...

 

tresse-co-te-.jpg

Je vous laisse découvrir mon blog où vous trouverez les témoignages, anecdotes et coups de gueule d'une presque trentenaire en situation de handicap qui essaie d'attraper les instants de vie au vol ! Écrire me fait du bien et échanger encore plus ! Alors n'hésitez surtout pas à réagir... Mon message est clair: dédramatisons la maladie ou le handicap. Faisons en une force !

Pour me contacter :

Suivez moi aussi ici :

logo facebookFacebook6.jpg

logo hellocotonHellocoton4.jpg

logo twitterTwitter3

 

Logo du blog :

logoelodiefinished noir

31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 15:47
La maladie, avant le fauteuil roulant.

Depuis quelques temps, j'ai envie d'écrire sur ce sujet. Parce qu'il y a beaucoup à en dire. J'ai remarqué que les gens ont tendance à se précipiter sur l'apparence des autres. À ne s'arrêter qu'à cela. Quelle qu’elle soit. Dans mon cas, le regard de ces personnes s'arrête forcément sur le fauteuil roulant. Ne soyons pas naïfs, c'est évidemment la première chose que l'on capte chez moi. Seulement parfois, j'aimerais que ce dit regard aille bien au delà. Pourquoi ? Parce que simplement, déjà je ne suis pas que cela. Et surtout parce qu'il ne faut pas oublier que si je suis dans ce fauteuil roulant, c'est qu'il y a bien une raison. Ce n'est pas comme cela, pour le plaisir. Ben non. C'est parce que je suis malade (bon, dis comme cela, ça fait un peu flipper je l'avoue). Disons plutôt que je suis atteinte d'une maladie qui m'empêche de me déplacer sans lui. Voila, les choses sont dites, hum hum.

 

Je ne sais pas si vous voyez où je veux en venir. Je vais tenter de préciser ma pensée. Bien souvent, depuis des années, j'ai probablement pris l'habitude (bonne ou mauvaise, à vous de décider...) de tout faire pour que les gens que je croise oublient le plus possible que je suis malade. C'est à dire que je souris, j'essaie autant que possible d'être de bonne humeur, tout ça, tout ça... Bref, je fais bonne figure. Vous voyez le genre, quoi. Et, je vous mentirais si je vous disais que c'est facile tous les jours, que cette carapace est toujours hyper facile à porter. Non. Parfois, elle se fait lourde. Et elle se demande quelque fois si elle est bien légitime. Si il ne serait pas bon de baisser les armes un peu plus souvent.

 

Car à trop vouloir faire en sorte que l'on ne voit que le meilleur de moi-même, les gens n'attendent que le meilleur de moi-même. Vous captez le schéma ? Je donne beaucoup, on s'habitude à ce que je donne beaucoup. Normal. Et dernièrement, cela est devenu vraiment épuisant (et un peu déprimant, je dois le reconnaitre) de toujours vouloir faire croire que je vais bien. Que c'est facile de faire rire les gens, tout le temps et de sourire, le plus possible. Je suis fatiguée. J'aurais besoin que les gens ne s'arrêtent pas uniquement à la simple vision du fauteuil roulant. Mais qu'ils acceptent aussi et tiennent compte du fait que j'ai une maladie derrière. Une maladie qui certains jours me fatigue, beaucoup. Me fait souffrir, parfois. Et que ce que je leur montre n'est toujours que le meilleur...

 

Je réfléchissais au fait que par exemple, au boulot, mes collègues ne doivent absolument pas avoir conscience de la fatigue que cela représente pour moi de me farcir les heures de trajets (3h par jour pour ceux qui ne me suivent pas régulièrement), chaque jour, pour venir bosser. Pour eux, c'est juste « fatiguant ». Mais eux et moi n'avons, je crois, pas tout à fait la même échelle de fatigue. Une fatigue lambda peut être prise un peu à la légère, mais la fatigue « à ma façon » est un peu plus nocive, je dirais. Elle fait du mal et a tendance à faire des dégâts sur son passage. Et il ne suffit malheureusement plus d'une simple bonne nuit pour lui dire bye bye.

 

Je ne sais pas si je suis vraiment claire. En me relisant, je me pose une autre question qui va aller à l'opposé de ce que je viens de vous dire : est-ce que je voudrais que les gens ne me voient uniquement que comme une personne malade ? Je vous réponds de suite : Non. Je crois qu'idéalement, j'aimerais qu'on fasse un peu la part des choses, qu'on accepte que parfois je sois moins à fond sans m'en tenir rigueur ou qu'on réalise ce que cela me coute d'être présente chaque jour et de faire mon boulot. Ou de vivre tout simplement, au quotidien. Comme tout le monde. Voilà, ce que j'aimerais. Ça vous paraît possible ?

 

♥ ♥ ♥ 

Et toi, comment tu vois les choses ?

Dis-moi tout ! :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 17:21
Les sept choses...

J'ai eu envie de rédiger cet article sur à la lecture de celui de Mémorables oublis. Alors c'est parti pour la liste de tout un tas de choses !

 

♥ Les sept choses à faire avant de mourir ♥ 

- Visiter New York et réussir à prendre l'avion. Parce que ça, c'est le plus grand rêve de toute ma vie.

- Vivre dans un appartement ou une maison que j'aurai complètement conçu et dessiné. Où tout serait adapté pour moi et où je ne rencontrerais plus aucune difficultés de mobilité.

- Écrire et publier un livre où je laisserai une trace de mon passage sur terre. J'y raconterais mes aventures (bonnes ou mauvaises) avec la maladie, l'accessibilité, la vie. Tout ça, tout ça.

- Voir le lever de soleil au bord d'une mer turquoise. Parce que ça doit être magique.

- Laisser une raison aux gens de ne pas m'oublier une fois que je ne serai plus sur terre.

- Faire un boulot qui me plait et dans lequel je m'épanouis pleinement.

- Aller au sommet d'une montagne et crier de toutes mes forces. Comme ça, pour faire semblant d'être la reine du monde pendant quelques secondes et penser que rien n'est impossible.

 

♥ Les sept choses que je fais le mieux ♥ 

- Rire pour des bêtises.

- Me prendre la tête pour rien.

- Être disponible à chaque instant pour les gens que j'aime.

- Prendre des photos de tout, tout le temps.

- Commencer un article pour le blog et ne jamais le terminer.

- Improviser des recettes à cuisiner.

- Avoir un million d'idées et d'envies à la seconde.

 

 

♥ Les sept choses que je ne sais pas faire ♥ 

 

- Préparer des macarons sans les rater.

- Ne pas râler.

- Arrêter de me poser sans arrêt des questions. Notamment, celles où parfois il n'y a pas de réponse...

- Commencer quelque chose et aller systématiquement jusqu'au bout. Oui, je suis plutôt du genre à commencer plein de choses en même temps...

- Être patiente.

- Réfléchir avant de parler. Des fois, ça peut servir quand même, mais bon...

- Accepter de ne pas réussir quelque chose qui me tenait beaucoup à cœur.

 

 

♥ Les sept choses que je dis souvent ♥ 

 

- C'est pas glorieux, glorieux mais je dis tout le temps des gros mots. « Putain, merde, fais chier » quoi.

- « Je ferai ci ou ça quand je serai grande ! »

- « Oh ça m'énerve les gens qui... »

- « Qu'est-ce qu'on fait après ? »

- « Laisse-moi tranquille. » Même que je sais le dire en Espagnol « Deja me en paz. », alors que je ne parle pas Espagnol !

- « Dans l'absolu. »

- « Est-ce que tu crois que ... ? " avec tout ce que tu peux imaginer derrière !

 

♥ ♥ ♥ 

 

Et toi, ça donnerait quoi si tu répondais à ces quatre questions ?

Dis-moi tout ! :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by mVmHmE - dans Mes humeurs.
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 07:24
Le pouvoir de cet instant.

Pour me changer les idées, j'ai décidé de louer un film. Je n'avais pas d'idée particulière de ce que je voulais regarder. J'ai fait défiler les images et les résumés de films. Et puis, mon œil s'est arrêté sur un titre « Wild ». Le résumé annonçait que c'est l'histoire de Cheryl Strayed qui va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force. Une femme qui essaye de se reconstruire et décide de faire une longue randonnée sur la côte ouest des Etats-Unis. Un périple en solitaire de 1700 kilomètres, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue…

 

Pour faire court, j'ai été captivée par le film. J'ai été émue aux larmes, je l'avoue. On y aborde la question du passé, du pardon, des épreuves, de la vie et de sa valeur. Une fois le générique de fin terminé, je suis restée un long moment dans le silence. À apprécier l'instant. À prendre le temps d'apprécier ce que je ressentais. J'ai écouté ce silence autour de moi et je me suis dit immédiatement que les images que je venais de regarder pendant presque deux heures ont fait leur œuvre sur moi. Je me suis sentie bien.

 

Je me suis sentie bien parce que cela m'a donné envie de me prendre en main. J'ai eu comme une nouvelle énergie en moi qui m'a donné envie d'écrire. J'ai donc allumé l'ordi et j'ai écrit. Écrit les mots comme ils me venaient. Dans le désordre le plus complet. J'aime par dessus tout ces instants où un livre ou un film me font cet effet là. Je suis devant l'écran et je souris. Un sentiment de bien-être m'anime.

 

Pourtant, dernièrement les choses ne sont pas tout à fait idéales autour de moi. Je doute beaucoup. Sur plein de choses. Je lutte pour ne pas en parler sur le blog parce que j'estime que cela ne vaut pas le coup d'y publier des choses pas très positives. Et puis en fait, je me demande à l'instant si ce n'est pas idiot de m'auto-censurer. Parce que c'est bel et bien ce que je fais, je lutte. Je lutte contre moi-même pour contrôler ce que je dois écrire ou non.

 

Je vais donc arrêter de le faire. Je vais écrire parce que je fonctionne comme cela. J'en ai besoin. C'est la seule façon pour moi d'évacuer ces pensées qui tourbillonnent dans ma tête. Ce film aura donc été le coup de pied aux fesses que j'attendais pour me libérer. La musique tourne à plein volume et je sens déjà le bien que cela me fait de taper ces mots sur le clavier.

 

Ces derniers temps, je ne sais plus trop ce que je deviens. Je me lève chaque matin pour aller travailler mais cela devient de plus en plus difficile. Je n'ai plus le même plaisir à sauter dans le train le matin ni le même engouement au bureau pour les missions que je dois effectuer. Je doute, je ne sais plus trop si cela me correspond bien ou pas. Et je n'aime pas ne pas savoir. Je suis généralement quelqu'un qui sait ce qu'elle veut. Et je deviens plutôt cette personne qui passe son temps à dire ce qu'elle ne veut plus. Et je trouve que ce n'est pas du tout la même chose. Ça ne me plait pas.

 

Depuis sept mois maintenant, j'ai un nouveau travail. Le prix à payer est de faire de longs trajets pour y aller. Matin et soir. En fait, je vous dis cela mais ce n'est pas le seul problème. L'autre souci est que l'ambiance là-bas et les choses que je dois faire ne sont plus aussi épanouissantes qu'au début. Il y a eu beaucoup de changements au bureau ces derniers temps qui ont complètement changé la donne pour moi. Toujours est-il que le résultat est que je dois me faire violence pour assurer mes journées de travail parfois. Pour autant, j'aime le travail bien fait, on ne se change pas. Donc je fais ce que j'ai à faire. Mais cela ne m'amuse plus trop.

 

C'est là que repose le fond du problème : faire de ma vie quelque chose qui me plait. Fondamentalement. Je ne veux pas trop perdre mon temps. Même si je suis plutôt de ces personnes qui pensent que rien n'est jamais vain. Quoi qu'il arrive, tout cela me servira. Je le sais. Mais je sais surtout que du changement m'attend et que cela ne va pas forcément être facile. Tout ce qui compte, c'est que j'en ai besoin. Besoin. J'ai besoin de m'épanouir dans mon travail. Mais pas à n'importe quel prix.

 

Ce que je ne sais pas en ce moment, c'est si le problème est la distance qui sépare mon domicile du bureau et donc in fine cette terrible fatigue qui m'envahit si souvent ou bien si c'est le travail en lui-même. Ou bien si ce sont les deux choses en même temps. Je ne vais pas avoir la réponse là, tout de suite. Mais je sais que je vais prendre le temps de peser le pour et le contre et prendre une décision. À court. Moyen. Ou long terme. Je ne sais pas encore, mais j'y travaille...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by mVmHmE - dans Mes humeurs.
commenter cet article
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 09:59
Mes p'tits bonheurs #41 {Ces petites choses qui me rendent heureuse}

Je ne sais pas si tu l'as remarqué mais cela fait un petit moment que je n'ai rien publié sur le blog. C'est une période un peu compliquée. Je doute, je travaille trop, les trajets pour aller bosser m'épuisent, je traine les pieds, je pense trop, je stresse trop. Je baille trop. Bref, vous l'aurez compris, cela fait beaucoup trop de trop. Alors, ce matin en me levant, j'ai eu envie de choses toutes douces, toutes jolies. Comme pour laisser quelques instants les soucis de côté, j'ai décidé de mettre par écrit toutes ces petites choses qui me rendent heureuse. Malgré tout.

 

♥ Écouter mes chansons préférées très très fort dans l'appartement et me laisser envelopper par la musique. Cela me détend toujours beaucoup.

 

♥ Allumer ma bougie aux agrumes qui laisse une douce odeur dans ma pièce principale et que je rachète à chaque fois, à peine terminée tellement je l'adore.

 

♥ Pouvoir de temps en temps dormir jusqu'à plus soif les fois où je fais passer l'auxiliaire de vie très tard pour être sûre qu'elle n'arrivera pas quand je dors encore. Parce que d'habitude je suis toujours réveillée par elle à une heure précise.

 

♥ Prendre des nouvelles de mes proches et échanger quelques messages. Être rassurée de savoir que tout va bien ou à l'inverse, être présente si les choses ne sont pas terribles à ce moment là.

 

♥ Retrouver le plaisir de faire du montage vidéo pour sensibiliser les autres au handicap et à l'accessibilité.

 

♥ Prendre une longue douche bien chaude avec la musique à fond après une très longue et dure journée de travail.

 

♥ Appeler chaque semaine mes grands-parents pour prendre de leurs nouvelles. Parce que même si les occasions et le temps me manquent parfois pour leur rendre visite, mon cœur pense toujours très souvent à eux.

 

♥ Avoir la surprise de recevoir la visite de mon frère un soir de la semaine et passer un moment très sympa à discuter.

 

♥ Recevoir un mail hyper touchant d'une lectrice qui m'a émue aux larmes. Je me suis dit que rien que pour un mail comme celui-là cela valait le coup d'ouvrir mon blog il y a quatre ans.

 

♥ Me rendre compte au détour d'une photo volée que mes cheveux ont quand même énormément poussé. Même qu'il y a eu un concours lancé entre mes frères pour savoir quelle longueur en cm ils font. Moi, je sais ! Hé hé

 

♥ Avoir conscience que j'ai une alliée en or au boulot dans les moments difficiles. Et ça, c'est quand même vachement important.

 

♥ Me rendre compte que mes lecteurs/abonnés sont toujours d'un soutien sans faille quand j'en ai besoin. Vous savez quoi, on pourrait penser que tout cela n'est que virtuel mais je vous confirme fermement que non. C'est bien plus que cela.

 

♥ Prendre le temps de passer des moments privilégies avec mon petit frère dès que j'en ai le temps. Parce que c'est à nous, ça. Ces soirées où on fait livrer une pizza et où on met presque 1h à se décider sur le choix du film qu'on va louer.

 

♥ Recevoir un très joli compliment un matin tôt à la gare par l'agent SNCF qui trouvait mon rouge à lèvres rouge magnifique.

 

♥ Avoir envie de changement et vider entièrement ma penderie de son contenu pour ne garder que les vêtements qui me plaisent toujours et que j'ai toujours envie de porter. Et les autres, les plier et les ranger dans un sac afin de faire plaisir aux autres.

 

♥ Sortir en ville en pleine semaine après ma journée de boulot pour aller fêter l'anniversaire de mon homme. Son sourire n'avait pas de prix.

 

♥ Aller me balader en ville pour changer d'air et profiter de la chaleur et du soleil sur ma peau. Cela faisait tellement longtemps...

 

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quels ont été vos p'tits bonheurs cette semaine ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 11:41
Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

Cette fois, je n'attends pas une éternité avant de partager avec vous mes p'tits bonheurs. Ce matin quand j'ai ouvert les yeux, je me suis dit que j'avais envie de les partager avec vous, là, maintenant, très vite. Étant encore un peu la tête dans le long weekend qui vient de se terminer, c'est le moment idéal. Alors, voici quelques clichés de superbes moments qui donnent à cette première partie du mois de Juillet tout un tas de raisons de sourire et de rire !

 

 Le 4 juillet, je suis allée au Main Square Festival car Muse, un de mes groupes préférés, passait le soir. J'ai passé un après-midi et une soirée de folie ! En plus, on a eu de la chance il faisait un temps magnifique (ce qui n'est pas désagréable quand les concerts sont en plein air...) Le groupe Skip The Use a également mis une ambiance géniale dans le public. J'ai quelques vidéos assez sympas, je vais essayer de faire le montage assez rapidement. En tout cas, j'ai toujours autant de plaisir à voir Muse sur scène !

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}
Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 J'ai profité du long weekend du 14 juillet pour partir quatre jours à la campagne profiter du grand air et me reposer. Le samedi midi, nous avons mangé une délicieuse salade en terrasse. Une très bonne façon de donner le coup d'envoi du weekend ! Un peu de fraicheur avec les températures estivales était plus que bienvenue.

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 J'ai adoré me balader le long des champs de blé avec cette douce odeur qui envahit toute la campagne. L'air de rien, des champs à perte de vue, ça vide la tête !

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 Je suis une grande fan de tournesols. Je trouve cette fleur fascinante. Elle passe ses journées à suivre le soleil, d'Est en Ouest. Un peu comme moi en fait, qui aime tant faire bronzette au soleil ^^

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 Mon p'tit plaisir quand je suis à la campagne : aller chercher le pain seule en fauteuil par les petites routes ! Petite satisfaction mais satisfaction quand même ! :)

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 J'aime la couleur dorée du blé. Il remplit la campagne de chaleur et de douceur en virevoltant au gré du vent.

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 Rien de tel qu'un bon p'tit barbecue en extérieur avec des grillades et un p'tit verre de vin bien frais. D'ailleurs, ce jour là, j'ai testé un vin à la fraise. Bon, c'est un vin de filles, on va dire. Très sucré, pas désagréable. Mais pas terrible du tout pour les amateurs de bon vin ^^

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}
Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 Le dernier jour, je suis allée visiter un château. C'était une visite agréable, j'ai d'ailleurs des photos et des vidéos pour vous parler de ce lieu et de son accessibilité. Affaire à suivre, donc...

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 On peut faire le tour du domaine en parcourant la forêt. J'avoue qu'il faut s'armer de courage car le tour est relativement long et caillouteux (les douleurs au réveil le lendemain peuvent en témoigner !) Ceci dit, pour ceux qui sont à la recherche de fraicheur, c'est le bon plan.

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

 Et puis, j'ai terminé la visite du château par la traversée de ce grand labyrinthe où il faut répondre aux différentes énigmes pour ouvrir les portes intermédiaires. Je me suis vraiment beaucoup amusée (moi, une âme d'enfant ? Noooon)

Mes p'tits bonheurs #40 {Spécial été}

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quels ont été vos p'tits bonheurs cette semaine ?

 

♥ ♥ ♥

 

N'oubliez pas le rendez-vous "p'tits bonheurs" ! 

Je vous propose que vous les partagiez avec moi et que vos participations 

soient intégrées à mon article sur le blog.

 

Pour ce faire, il existe plusieurs possibilités pour me les transmettre :

- cela peut être sur votre blog (pour ceux qui en ont un). Dans ce cas, il suffira de m’envoyer le lien de votre article.

- cela peut être par un message privé ou un commentaire sur ma page Facebook

- ou bien tout simplement par mail à l'adresse suivante : mvmhme [ arobase ] gmail.com

 

Indiquez comme titre à votre participation "Mes p'tits bonheurs".

 

Dans les jours qui suivront la publication de mon article, je prendrai le temps d’intégrer chacune de vos participations en bas de mon article afin que chacun puisse en prendre connaissance.

 

Pour que l’on soit de plus en plus nombreux à partager nos p’tits bonheurs, n’hésitez pas à partager cet article autour de vous. Comme on dit, plus on est de fous, plus on rit alors je compte sur vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 17:56
La confiance.

Je prends le clavier un peu angoissée car je dois vous parler de quelque chose. Mais je ne voudrais pas que le fait de poser des mots sur mes maux amène le mauvais sort. Peut-être que je dis n’importe quoi et que cela n’y changera rien. Toujours est-il que je ressens ce besoin de m’exprimer, de raconter ici un peu ce qu’il se passe dans ma vie ces derniers temps. J’avais prévu de revenir sur le blog avec quelque chose de plus réjouissant, mais ainsi va la vie...

 

À vrai dire, je ne sais plus bien ce que j’ai raconté ici ou non. Je vais donc commencer par un petit récapitulatif de la situation. Je fais appel au quotidien à des auxiliaires de vie pour m’aider car je suis en fauteuil roulant. Et depuis au moins trois mois, je rencontre de grandes difficultés avec ces personnes. Je parle de difficultés à recruter du personnel compétent et fiable pour m’aider. Pour faire court, je suis allée de déceptions en déceptions. Les personnes se font embaucher pour laisser tomber le poste aussitôt me mettant dans une situation périlleuse puisque sans l’aide de ces personnes, je ne peux me débrouiller seule pour pas mal de choses. Ce genre de situation est vraiment très pénible puisque faire appel à l’aide de quelqu’un n’est déjà pas évident mais en plus quand cette personne ne prend même pas conscience de la conséquence de son absence, comment vous dire ?!

 

Pour palier à la personne manquante dans mon équipe, l’autre auxiliaire a repris la quasi-totalité de mon planning. C’est typiquement le genre de situation que je déteste parce que déjà cette personne se sent hyper importante et surtout indispensable pour moi. Question de pouvoir sur l’autre ? - Oui, je crois bien ! Toujours est-il que pendant deux mois, cela a fonctionné comme cela, elle a fait plus d’heures, au point de presque tripler son salaire (pas dégueu hein?) et moi, mes prestations étaient assurées. Cela ne m’empêchait pas de continuer le recrutement, évidemment. Sauf que je ne trouvais personne de compétent et de fiable. Donc me voilà début juin, toujours dans l’échec et surtout dans l’absence de cette deuxième personne. Je suis partie en vacances en Espagne pour me vider la tête.

 

Je suis rentrée reposée, mais mes soucis, eux, n’avaient pas pris de vacances et m’attendaient bien sagement à la maison (les cons !). La vie a repris son train train quotidien, on a continué comme avant mon départ. L’auxiliaire a continué d’effectuer la quasi totalité de mon planning. Sauf que c’était trop beau. Trop beau car il y a dix jours de cela, elle m’a annoncé sans pincettes (au détour d’une discussion pour laquelle j’ai dû énormément insister) qu’elle comptait s’absenter trois semaines. Voilà, merci, au revoir. Prends-toi ça dans la tronche. En fait, je vais être plus précise : elle a décidé de partir trois semaines en vacances, sans même prévenir son employeur (première étape), sans tenir compte du fait qu’elle est la seule à pouvoir effectuer mes prestations depuis plusieurs semaines (elle connaissait TRES BIEN la situation, son salaire gonflé en étant la preuve flagrante, faut pas cracher dans la soupe, non plus). Et le pire du pire à mon sens, c’est qu'elle n’a même pas pris la peine de m’avertir de son absence en avance pour que je puisse prendre mes dispositions et la remplacer. Non, elle prétend m’avoir fait une fleur en me l’annonçant « parce que légalement elle n’est pas obligée de le faire... ». Et le savoir vivre, on en parle ou pas ?!

 

Je vais mettre fin à ce récit rapidement : le lendemain, la décision était prise de la virer de mon équipe. Oui, c’était la seule à effectuer la majorité de mes prestations mais quelqu’un qui abandonne son poste durant trois semaines sans se préoccuper de ce que j’allais devenir ne mérite aucune excuse. Mon compagnon a pris le relai pour m’aider les jours qui ont suivi (heureusement qu’il était présent à mes côtés à ce moment-là). Certains me trouveront peut-être dure. Je leur répondrai que c’est la goutte d’eau (que dis-je, la vague !) qui a fait déborder le vase. Parce que cette personne m’avait déjà causé de nombreux tracas (je vous en parlais ICI) et là, ça en était trop.

 

Pourquoi je vous parle de tout cela ? Parce que depuis quatre jours, j’ai accueilli une nouvelle auxiliaire de vie au sein de mon équipe. J’ai hésité à en parler ici, je ne sais pas réellement pourquoi. Comme si en parler comportait le moindre risque de faire capoter les choses. (Paranoïaque, moi ? - Nooon !) Non, plus sérieusement, j’ai énormément de mal à y croire cette fois. Les dernières galères en date m’ont fait perdre toute confiance et tout espoir dans le fait que cette fois, ce sera peut-être la bonne personne. Pourtant, croyez-moi, j’ai envie – j’ai même besoin – d’y croire. Mais une boule d’angoisse me dit « et si elle se foutait aussi de ta gueule, celle-là?". Je sais, c’est pas beau mais c’est pourtant bien ce qui me trotte dans la tête. Comme un compte à rebours avant qu’elle ne me laisse tomber.

 

Alors, j’essaie de m’accrocher au positif. Elle a assuré la totalité des prestations depuis qu’elle a commencé. Elle est souriante et volontaire. Les choses se passent plutôt bien. Même qu’elle m’a fait une superbe coiffure hier que vous êtes beaucoup à avoir liké sur ma page Facebook. Et puis, elle est agréable, cela fait même du bien d’avoir quelqu’un comme elle à la maison suite à celle que j’ai viré la semaine dernière, qui faisait connerie sur connerie. Il n’empêche que j’ai un peu la peur au ventre que les choses tournent mal du jour au lendemain et que je me retrouve à nouveau dans une situation critique.

 

♥ ♥ ♥

 

Je ne veux pas mais pourtant, oui, j’ai bien du mal à avoir et à faire confiance à nouveau. Alors, s’il vous plait les copains, croisez-les doigts pour moi que tout aille pour le mieux !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by mVmHmE
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 14:48
Hakuna Matata.

"Ce mot signifie, que tu vivras ta vie, sans aucun souci."

Voilà la devise de ce nouvel article.

 

Après plus de quinze jours d'absence sur le blog, je suis désormais de retour après deux semaines de vacances. Deux semaines où j'ai fait le choix de faire le vide. De prendre le temps de vivre au ralenti. Pour ceux qui l'ignorent, je suis partie presque quinze jours au bord de la mer en Espagne.

 

Ces derniers temps, je dois dire que mon corps et puis mon esprit manquaient de soleil et de chaleur. Le froid fait toujours les mêmes ravages durant la période hivernale. Le manque de lumière a souvent tendance à me taper sur le système. Voilà pourquoi j'ai tout plaqué pour aller rejoindre l'Espagne. Parce que j'avais besoin de sentir le soleil sur ma peau. Retrouver la joie de porter mes petites robes. Sans me demander quel pull ou quelles bottes j'allais porter. Non, juste quel petit truc je vais porter chaque matin. Quel bonheur de ne plus devoir se couvrir et de pouvoir se balader la peau nue, respirant le grand air et profitant de chaque rayon de soleil. Comme tous les ans, je me suis d'ailleurs fait avoir car le soleil est bien plus fort que chez moi et ma peau n'a pas l'habitude. Qu'importe. Limite avoir un coup de soleil me rend presque heureuse parce qu'il est la preuve que je suis vivante et que le soleil est bien là ! (Prenez moi pour une folle si vous voulez...)

 

A chaque fois que je prends quelques jours de vacances, il me faut toujours deux voire trois jours pour lâcher prise. Pour arrêter de penser aux soucis, au boulot, aux dossiers en cours. Cela m'embête toujours beaucoup mais mon esprit a souvent tendance à s'accrocher aux choses. Mais une fois que j'ai l'esprit libre, je peux enfin profiter. Profiter pour rattraper le sommeil en retard. Ne plus devoir mettre de réveil le matin est un pur plaisir. Ouvrir les yeux quand le corps est rassasié de sommeil et entendre le bruit des vagues de la mer, à peine les yeux ouverts. Dévorer mon livre en à peine deux jours. Être complètement absorbée par l'intrigue. D'ailleurs, ces lectures m'ont permis d'avoir un réel coup de cœur pour un auteur dont j'avais beaucoup entendu parlé mais n'avais jamais lu aucun de ses livres.

 

J'ai dévoré les kilomètres en fauteuil roulant en faisant de très longues balades. Cheveux au vent. Les yeux grands ouverts sur les superbes paysages qui m'entouraient. J'ai d'ailleurs une énorme passion pour les gigantesques cactus espagnols. Je suis allée voir la mer. Souvent. Très souvent, comme une addiction. M'approchant autant que possible de l'eau, plongeant mon regard dans l'horizon lointain. En ne pensant à rien, ou plutôt en pensant uniquement à l'instant présent. J'ai apprécié chaque minute. Goutant avec joie au rythme de vie espagnole où l'on se lève tard, mange tard, se couche tard. Parce que c'est comme ça, là bas. On vit au rythme de la chaleur et du soleil. Et moi, ça me va carrément bien.

 

Comme toutes les bonnes choses ont une fin (quel malheur...!), je termine cet article en étant rentrée chez moi. La tête encore pleine de souvenirs, de bonnes énergies et de paix intérieure. Cette paix d'ailleurs, parlons-en. Je me suis fait une promesse en prenant la route du retour, sur les derniers kilomètres qui me séparaient de la France : je veux rester le plus longtemps possible dans ce bon état d'esprit. En laissant loin de moi le plus possible et surtout le plus longtemps possible les contrariétés. Car il y en aura, les soucis eux ne prennent jamais de vacances (sont bêtes, c'est sympa les vacances !). Mais là, tout de suite, j'ai envie de leur dire de m'oublier et de passer leur chemin. Car pour le moment, je surfe sur les ondes positives de ces deux dernières semaines. Je vais d'ailleurs prendre le temps de trier mes photos de vacances et de les partager avec vous dans des articles à venir, qui sait... Ça vous dit ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 11:43
Si on m'avait dit un jour...

Que je ferais le pari d'accepter un poste à 1h30 de trajet de chez moi (matin ET soir), je ne l'aurais jamais cru. Comme quoi, on peut sans cesse repousser nos limites.

 

Que j'aurais à faire certains choix difficiles dans ma vie mais que c'était ce qu'il y avait de mieux pour moi...

 

Que je serais prête à découvrir un nouvel environnement professionnel avec de nouvelles notions... Comme un nouveau départ.

 

Que j'oserais porter du rouge à lèvres rouge. Comme ça, dès que l'envie me prend. Sans être gênée.

 

Que je ferais de si belles rencontres grâce à mon blog et ma page Facebook. Que j'aurais des échanges aussi riches et intéressants.

 

Que je trouverais toujours la force de sourire même quand le cœur n'y est pas...

 

Que la vie mettrait autant d'embûches sur mon chemin, je n'aurais rien voulu entendre.

 

Que je prendrais le temps de noter et photographier chaque jour toutes les choses, petites ou grandes, qui me font du bien et me font sourire. Et que j'en ferais une rubrique "Mes p'tits bonheurs" sur le blog.

 

Que rien n'empêche d'apprécier la vie, même lorsque l'on est en fauteuil roulant et que la maladie fait partie de notre quotidien. Sans échappatoire.

 

Que dépendre de l'aide d'auxiliaires de vie au quotidien serait si difficile parfois.

 

Que je tomberais amoureuse de Barcelone, la première fois où je me suis rendue là bas, il y a six ans maintenant. Désormais, j'ai besoin d'y retourner chaque année...

 

Que j'oserais prendre le train seule dès que j'en ai envie et que c'est le seul moyen de me rendre quelque part.

 

Que le sort s'acharnerait autant sur mes proches. Et que bien souvent, on aurait à se serrer les coudes, pour ne pas perdre pieds.

 

Que j'aimerais autant avoir des plantes chez moi. Et quel plaisir j'aurais à m'acheter un joli bouquet de fleurs et le voir chaque jour au centre de ma table.

 

Que j'adorerais autant faire des gâteaux et m'amuser à tenter des recettes. Comme ça, pour voir ce que ça donne...

 

Que je serais aussi frileuse et que l'hiver serait pour moi la chose la plus détestable au monde. Oui, oui, vraiment le froid et moi, on n'est vraiment pas copains. Mes proches se moquent souvent de moi à cause de ça...

 

Que je prendrais autant l'habitude de regarder des vidéos de blogueuses beauté sur Youtube et que du coup, j’achèterais bien plus souvent qu'avant du maquillage.

 

Que je serais quelqu'un d'aussi indépendant dans la vie, que je saurais très vite ce que je veux pour moi. Et surtout, ce que je ne veux pas.

 

Que j'en viendrais à écrire certains de mes articles pour le blog dans un train, parfois même tôt le matin...

 

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quelles sont ces choses auxquelles

vous n'auriez pas cru avant de les vivre ?

 

Partager cet article

1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 12:40
Mes p'tits bonheurs #39

Il est grand temps de partager avec vous mes si précieux p’tits bonheurs. J’ai un peu tardé à les mettre en ligne, mais il faut dire qu’en ce moment, le temps disparaît je ne sais où ! Toujours est-il que me rappeler de ces petits instants de bonheur m’aide à me maintenir à flot. Et parce que je sais quel bien cela fait de les noter chaque jour, j’ai décidé de vous faire une petite proposition.

 

La majorité d’entre vous apprécie de lire ces p’tits bonheurs et je me suis dit que cela pourrait vous intéresser de vous-même formaliser vos propres p’tits bonheurs par écrit et de les partager avec moi. Alors, à partir de maintenant, je vous propose que vos participations soient intégrées à mon article sur le blog.

 

Pour ce faire, il existe plusieurs possibilités pour me les transmettre :

- cela peut être sur votre blog (pour ceux qui en ont un). Dans ce cas, il suffira de m’envoyer le lien de votre article.

- cela peut être par un message privé ou un commentaire sur ma page Facebook

- ou bien tout simplement par mail à l'adresse suivante : mvmhme [ arobase ] gmail.com

 

Indiquez comme titre à votre participation "Mes p'tits bonheurs".

 

Dans les jours qui suivront la publication de mon article, je prendrai le temps d’intégrer chacune de vos participations en bas de mon article afin que chacun puisse en prendre connaissance. J’espère que la démarche vous plaira en tout cas... Moi, j’ai vraiment hâte de recevoir et de lire vos participations !

 

♥ ♥ ♥

 

Je suis allée au cinéma voir le film de Jamel Debouzze "Pourquoi j'ai pas mangé mon père", avec mon ancienne auxiliaire de nuit et  ses deux filles. C'était un moment vraiment sympa et drôle. Ce film aborde de façon intelligente et accessible à tous la notion de différence. On voit comment au sein d'une tribu, l'arrivée d'une personne pas comme les autres est vue par tout le monde. A voir !

Mes p'tits bonheurs #39

Après le film, nous sommes allées manger toutes ensemble au resto juste à côté. Même qu'on a eu les yeux plus gros que le ventre en décidant de partager à deux le dessert glacé. J'avoue qu'au bout de quelques cuillères, je n'en pouvais plus ! ^^

Mes p'tits bonheurs #39

Début Mai, c'était le mariage d'une amie du lycée. C'était donc l'occasion de porter une jolie tenue avec mes jolies boucles d'oreilles pleines de couleurs. La journée fut très belle et émouvante. C'est vrai que cela fait toujours quelque chose d'assister à l'union de deux personnes qui s'aiment ! En plus, les mariés étaient vraiment trop mignons. La déco était parfaite, douce et élégante, à l'image de la mariée. J'ai même eu le droit de ramener chez moi deux-trois petites choses !

Mes p'tits bonheurs #39
Mes p'tits bonheurs #39

Le lieu du vin d'honneur était vraiment chouette alors j'en ai profité pour faire quelques photos souvenirs. Dont une vue de dos pour la traditionnelle photo de bannière de ma page Facebook.

Mes p'tits bonheurs #39

Je me suis accordée un petit plaisir en achetant du nouveau maquillage. L'arrivée du printemps m'a donné envie de porter un peu plus de couleurs.

Mes p'tits bonheurs #39

Après une journée vraiment difficile, cette pizza maison préparée avec amour m'avait fait vraiment plaisir. On s'accroche à ce qu'on peut hein !

Mes p'tits bonheurs #39

En partant prendre mon train tôt le matin pour le boulot, j'ai trouvé ce ciel et cette lumière vraiment magnifiques. Ces matins là, on a quand même beaucoup plus de baûme au coeur, il faut le dire !

Mes p'tits bonheurs #39

J'ai passé une super soirée en compagnie de mes frères. On ne le fait pas très souvent alors c'était vraiment l'occasion de se retrouver et de pas mal discuter. Et tout cela, autour d'un bon diner ! Que demander de plus ?

Mes p'tits bonheurs #39

Comme j'étais chargée de ramener le dessert chez mon frère, je n'ai pas pu résister à me prendre pour le lendemain cette magnifique religieuse framboise-vanille... Un vrai petit bijou, aussi beau que bon !

Mes p'tits bonheurs #39

Ma meilleure amie m'a fait la surprise de m'offrir ces deux cadeaux. Comme ça, sans raison particulière... J'étais vraiment très contente et surprise ! N'empêche qu'elle me connait vraiment bien parce que c'est pile poil dans les choses que j'adore !

Mes p'tits bonheurs #39

J'ai été particulièrement gâtée ces derniers, je dois l'avouer. Ma maman m'a ramené un souvenir de vacances : cette jolie tasse 'tit biscuit'. Alors, bon, pour ceux qui ne le savent pas encore, j'adore tout ce qui concerne tit biscuit, cela m'amuse beaucoup ! Et puis, une amie de ma maman lui a confié cette plaque de chocolat pour qu'elle me la remette à son retour : ça m'a fait très plaisir !

Mes p'tits bonheurs #39

'♥ En bonheur sans image, il y a cette journée que j'ai passé avec ma maman rien que toutes les deux, à l'occasion de la fête des mères. Au programme : resto, papotage et shopping. Un programme plutôt agréable !

 

Et puis, j'ai enchainé le soir en passant la soirée avec mon petit frère. On a fait livrer une pizza et on a joué comme des fous à la wii. D'ailleurs, mes p'tits muscles ne m'ont pas remerciée après (et même jusqu'au lendemain...) Mais qu'importe, c'était un très bon moment !

♥ ♥ ♥

 

Et vous, quels ont été vos p'tits bonheurs cette semaine ?

 

Pour que l’on soit de plus en plus nombreux à partager nos p’tits bonheurs, n’hésitez pas à partager cet article autour de vous. Comme on dit, plus on est de fous, plus on rit alors je compte sur vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

♥ ♥ ♥

 

Et voici vos participations :

Mes p'tits bonheurs #39

Partager cet article

18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 14:30
Le pouvoir de l'esprit sur le corps.

S'il y a bien une chose dont j'ai très vite pris conscience dans la vie, c'est le pouvoir que l'esprit peut avoir sur le corps. Depuis une vingtaine d'années, je dois composer au quotidien avec la maladie et donc un corps qui n'est pas très en forme (cela me fait sourire de résumer cela de cette manière...). Et je crois qu'au fil du temps, par la force des choses, j'ai du apprendre à contourner le problème en ayant un mental relativement solide. On se forge une carapace lorsque l'on rencontre des difficultés assez tôt dans la vie. Moi, mon moyen de défense contre tout cela a été de développer mon caractère (comment ça mon « mauvais caractère »? Que celui qui a dit ou pensé cela quitte la salle...).

 

Dernièrement, j'ai beaucoup réfléchi à cette notion de pouvoir de l'esprit. Parce que généralement, mauvais moral rime avec corps fatigué et pas très forme. Et inversement, bien sûr. C'est la spirale infernale qui entraine tous les engrenages dans le mauvais sens. Moi, par exemple, je sais que quand je suis très fatiguée, j'ai tendance à broyer du noir. Jusqu'au moment où je suis écoeurée de ça et que j'ai envie que les choses s'améliorent. Dans ces cas là, je sais que c'est ma tête qui fait le job pour que ça aille mieux. Comme un gros coup de pieds aux fesses.

 

Par exemple, ce qui fonctionne pas trop mal généralement, c'est de pratiquer le plus souvent possible la pensée positive. Ce qui se résumerait à penser que, d'une certaine manière, le positif amène le positif. Cela se retrouve dans de petites choses, je pense notamment au fait d'apprécier les p'tits bonheurs, les petites choses du quotidien qui nous font sourire. Parfois, un simple bon moment suffit à nous faire oublier que l'on souffre ou que l'on est fatigué. C'est en ça que je trouve l'esprit formidable. Cet esprit capable de nous faire oublier que parfois le corps va mal et nous faire penser que ce n'est pas si grave.

 

J'ai la chance d'avoir un esprit qui finit toujours pas réagir dans de grands moments de doute ou de découragement. Arrivé le moment critique, il se fait entendre pour me faire reprendre le dessus. Comme une grande claque en pleine figure pour me faire reprendre connaissance. Me faire comprendre que je ne peux pas continuer sur cette voie là. Il m'a d'ailleurs sauvée dans bien des cas. Et encore très récemment, quand je m'étais enfermée dans un cercle vicieux de découragement général avec les derniers événements en date... Un matin, j'ai ouvert les yeux et me suis dit que ça suffisait. Que je ne me reconnaissais plus et qu'il fallait me reprendre en main.

 

♥ ♥ ♥

 

Alors, plus que jamais je crois au pouvoir de l'esprit sur le corps.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vous croyez à ces choses là ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article